Profweb

Accueil » Publications » Récits » Passage d'urgence à l'enseignement à distance — Témoignage d'une enseignante de mathématiques

Publications

Récits

Publié le 3 juin 2020 | Mathématique

Passage d'urgence à l'enseignement à distance — Témoignage d'une enseignante de mathématiques

En mai 2020, Patricia Lapointe, conseillère pédagogique au Cégep Limoilou, a interviewé (à distance!) 2 enseignants de son collège au sujet de leur expérience des adaptations qui ont dû être apportées en urgence à leurs cours dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Vous trouverez ici le témoignage de Geneviève Gagnon, enseignante en mathématiques. Consultez dans un autre récit le témoignage d'Andy Van Drom (langues modernes).

Quelle réflexion didactique vous a conduit vers les choix de stratégies pédagogiques que vous avez faits?

Dans mon cas, la décision quant à un mode d’enseignement en format synchrone ou asynchrone a été facile à faire.

Je donnais déjà un cours en mode synchrone avec la cohorte de Gestion de commerces en ligne, il était donc naturel que je poursuive dans ce mode de fonctionnement. Il est vrai que d’avoir des rendez-vous virtuels fixés à l’horaire est facilitant pour l’encadrement des étudiants.

Pour mon groupe de Mise à niveau en mathématiques, nous étions dans l’implantation d’un projet de classe inversée avant la pandémie liée à la COVID-19. Mes étudiants étant donc habitués à visionner des capsules théoriques à la maison, le mode asynchrone s’imposait mieux avec eux, pour que la transition soit plus naturelle. La difficulté avec ces étudiants serait d’assurer un suivi personnalisé comme le permettait la classe inversée lors des cours donnés en présentiel.

Comment choisissez-vous les bons outils technopédagogiques pour arriver à vos fins?

Je considère que les bons outils technopédagogiques sont ceux qui permettent d’adapter facilement notre enseignement (notre matériel, nos stratégies pédagogiques, notre façon de faire) à un enseignement en ligne.

Plusieurs enseignants ont déjà du matériel et des activités pédagogiques intéressantes et il est relativement facile de transformer ce matériel pour qu’il soit utilisé dans un enseignement en ligne. On peut, par exemple:

  • ajouter un audio à une présentation PowerPoint
  • utiliser les fonctionnalités du partage de documents via OneDrive
  • créer des ateliers entre étudiants dans des classes virtuelles
  • etc.
Un bon outil technopédagogique pour moi, c’est un outil qui me permet d’améliorer mon enseignement tout me gardant dans un certain confort face à ma pédagogie.

Quelles sont les réactions de vos étudiants envers ces moyens?

Comme plusieurs autres enseignants, mes étudiants se questionnaient par rapport à leur capacité de réussir le cours à distance. Toutefois, en leur rappelant qu’ils étaient déjà habitués avec un fonctionnement similaire et en essayant de mousser leur sentiment d’efficacité personnelle, la plupart ont bien réagi au changement de mode d’enseignement.

Quel est votre coup de cœur d’application ou de plateforme numérique que vous souhaiteriez partager?

J’ai découvert Genially grâce à l’atelier donné par Andy Van Drom en octobre 2019.

Note de l'éditrice

Andy Van Drom et Andréanne Turgeon ont animé au nom de Profweb un atelier pédagogique basé sur le dossier qu'ils ont écrit dans Profweb: Des outils numériques pour soutenir une approche inclusive.

L’idée des présentations du type PowerPoint se cache derrière les outils Genially, mais avec beaucoup plus d’interactivité entre l’utilisateur et la présentation. L’enseignant peut donc créer des présentations ou des activités interactives avec des scénarios qui ne sont pas que linéaires. Il existe plusieurs gabarits de présentation ou de jeux disponibles dans l’abonnement gratuit au site.

Présentation conçue pour ses étudiants par Geneviève Gagnon avec Genially

Quel conseil donneriez-vous aux enseignants qui s’initient présentement aux outils numériques?

Je proposerais d’y aller pas à pas, d’éviter d’essayer de tester plusieurs outils différents qui font sensiblement le même travail. On peut perdre énormément de temps à se créer des comptes, à explorer les outils et les plateformes disponibles. J’ai moi-même eu l’impression de « courir comme une poule pas de tête » à certaines reprises lorsque venait le temps de choisir une plateforme pour l’enseignement en ligne.

Il est plus efficace de choisir un outil qui semble nous convenir et l’exploiter au maximum, quitte à écouter quelques « tutos » sur YouTube pour peaufiner notre appropriation de cet outil.

Comment relevez-vous le défi de l’enseignement à distance dans votre réalité professionnelle (sans laboratoires, ni matériel)?

Il y a des cours qui s’enseignent mieux à distance que d’autres. Je dirais que les mathématiques s’enseignent relativement bien à distance, mais le suivi avec les étudiants peut être plus ardu.

L’aspect de la notation mathématique est un défi. Malgré tous les outils technologiques en place, le crayon et la feuille demeurent les meilleures technologies (eh oui!) pour s’approprier un raisonnement mathématique et le vulgariser.

La plupart des enseignants en mathématique [du Cégep Limoilou] sont équipés d'une tablette permettant d’écrire comme on le ferait au tableau, mais les étudiants ne possèdent pas cet équipement. L’échange de démarches est donc plus lent, car il doit passer par la prise de photos avec un appareil intelligent ou un éditeur d’équations.

J’apprends donc à échanger différemment mes étudiants. J’ai l’impression d’échanger avec eux comme on le ferait sur des réseaux sociaux : plusieurs messages très courts qui vont à l’essentiel avec échanges de photos et d’emojis.

Le second défi non négligeable est le plagiat et la tricherie pour les évaluations. En mathématique, on peut effectivement poser « de bonnes questions de compréhension » en examen, mais il y aura toujours un aspect de raisonnement mathématique à évaluer. Avec les outils technologiques disponibles actuellement (Microsoft Math, Photomath, etc.), un étudiant peut, par exemple, prendre en photo un problème mathématique et obtenir une démarche de résolution.

Comment relevez-vous ce défi de conciliation télétravail/vie privée dans votre réalité personnelle?

C’est le défi de l’heure! Bien que le télétravail permette certaines souplesses, on sera plusieurs à admettre que le télétravail avec de jeunes enfants à la maison amène son lot de défis.

J’ai ressenti beaucoup de frustrations de ne pas pouvoir être à la fois une professionnelle disponible à temps plein pour ses étudiants et une maman qui éduque et divertit ses enfants en temps de pandémie. On finit par s’adapter et réussir à maintenir un certain équilibre à travers le travail, les enfants et la santé physique et mentale.

À propos des auteures

Patricia Lapointe Patricia Lapointe est conseillère pédagogique au Cégep Limoilou depuis 2002. Elle est responsable du dossier de la réussite et du Bulletin pédagogique de l'établissement. Ce bulletin, rédigé à l’intention du personnel enseignant, parait tous les mois et propose, entre autres, des références issues d’une veille informationnelle portant sur la pédagogie en enseignement supérieur.

Geneviève Gagnon Elle enseigne les mathématiques au Cégep Limoilou depuis 2010. Étant diplômée d’un baccalauréat en mathématiques et d’un autre en enseignement secondaire des mathématiques, elle cumule également quelques expériences en enseignement secondaire. Depuis qu’elle a travaillé pour développer un cours de statistiques en ligne pour le DEC en gestion de commerces du Cégep Limoilou, Geneviève s’intéresse à la technopédagogie. C’est d’ailleurs à la suite de cette expérience qu’elle s’est inscrite dans le programme court de 2ème cycle en technopédagogie offert par la TÉLUQ.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*