Profweb

Accueil » Publications » Récits » Confinement: un projet collaboratif en Animation 3D et synthèse d’images

Publications

Récits

Publié le 17 septembre 2020 | Techniques d'animation 3D et de synthèse d'images

Confinement: un projet collaboratif en Animation 3D et synthèse d’images

À l’hiver 2020, l’arrêt précipité des cours en présentiel en raison de la COVID-19 a bouleversé la réalisation du projet final de mon cours Technique de cinématographie. Qu’à cela ne tienne, la pandémie est devenue une source d’inspiration pour le moyen métrage Confinement, un film collaboratif auquel mes étudiants ont participé avec enthousiasme.

Le film collaboratif Confinement rassemblant les projets de 30 étudiants de la Technique d’animation 3D et de synthèse d’images du Cégep Limoilou.

Être dans la pratique...à distance

Initialement, comme projet final, mes étudiants devaient réaliser en équipe un film intégrant toutes les techniques étudiées au cours de la session (montage, vidéo, son, effets spéciaux). Cependant, la fermeture du cégep et le confinement m’ont obligé à remanier tout le projet.

Lors du passage d’urgence à la formation à distance, je ne voulais pas que mes cours se limitent à des lectures théoriques et à des discussions sur un forum de classe. J’ai cherché une façon concrète de mettre en pratique la théorie abordée en classe. Mais, pour réaliser un quelconque projet de cinéma, il faut du matériel audiovisuel. J’ai sondé mes étudiants pour connaître le matériel qu’ils possédaient à la maison. Tous disposaient d’un téléphone avec lequel ils pouvaient filmer.

C’est en regardant le calendrier du mois d’avril, 30 jours … 30 étudiants, que l’idée de raconter le confinement une journée à la fois m’est venue. Ainsi, j’ai proposé à mes étudiants de créer un film collectif documentant leur confinement, un épisode pour le moins marquant dans leur parcours collégial. Ce projet ne nécessitait pas de matériel audiovisuel de pointe et permettrait à mes 30 étudiants de faire valoir leurs habiletés artistiques et techniques.

Les étudiants ont choisi une journée précise du mois d’avril qui serait le sujet de leur court métrage de type documentaire. Dans le cadre de ce projet, ils ont dû réaliser une séquence d’environ 1 minute présentant une journée typique de confinement, partant du matin jusqu’au soir.

Pour chaque journée, les étudiants devaient:

  • indiquer la date
  • faire état de la situation de la COVID-19 et mentionner le nombre de personnes infectées au Québec
  • parler un peu des nouvelles de la journée au Québec et dans le monde
  • présenter leurs activités quotidiennes
  • partager leurs émotions relativement à la situation

L’idée était d’obtenir un portrait général de l’évolution de la situation au cours du mois d’avril en mettant bout à bout tous les courts métrages des étudiants.

La plus grosse difficulté que les étudiants ont rencontrée en filmant leur séquence était d’obtenir une bonne qualité sonore avec un cellulaire. Pour remédier à la situation, je leur ai demandé d’apposer une voix par-dessus leurs images et d’éviter les dialogues avec autrui ou avec la caméra pour garder le caractère objectif de leur séquence. Dans le même ordre d’idées, les étudiants n’avaient pas le droit de regarder directement la caméra, le but était de les observer dans leur environnement quotidien. Aussi, pour enrichir leur film, ils devaient intégrer de la musique avec droits d’auteurs. Ils avaient également accès à une banque d’extraits vidéo libres de droits de Storyblocks [en anglais] que j’avais créée et partagée sur Moodle. Chaque étudiant identifiait, sur le forum de classe dans Moodle, la vidéo qu’il souhaitait intégrer à son film pour éviter les répétitions.

Page Moodle du projet Confinement (Source: François Robert)

Un projet à la fois individuel et collectif

Bien que le projet soit en grande partie individuel, je voulais que cette évaluation soit avant tout un projet collectif où les étudiants pourraient s’entraider et s’encourager. J’ai mis en place un forum sur la page du cours dans Moodle auquel les étudiants devaient obligatoirement participer. Sur ce forum, chaque étudiant a déposé le lien YouTube de sa séquence pour qu’elle soit commentée par le groupe. Les étudiants devaient formuler des commentaires constructifs à 10 de leurs pairs en s’appuyant sur les lectures et la théorie abordées en classe. Ces commentaires étaient centraux dans la réalisation du film, car après avoir pris connaissance des messages sur leur séquence, les étudiants pouvaient remanier celle-ci avant de me remettre la version définitive de leur film. Le forum fut inondé de commentaires et de visites, ce qui a créé un vrai sentiment de communauté. Tous travaillaient pour créer ensemble un film de qualité.

J’ai également utilisé le forum pour communiquer avec mes étudiants et pour les accompagner tout au long de cette session pour le moins particulière. Initialement, mon idée était de juxtaposer les 30 séquences pour obtenir un moyen métrage de 30 minutes, mais mes étudiants m’ont encouragé à me prêter également au jeu et à filmer mon confinement. J’ai ainsi créé l’introduction et la conclusion du film Confinement.

Capture d’écran du film Confinement - séquence de William Bélanger (Source: François Robert)

Comme petite surprise pour mes étudiants, j’ai demandé aux autres enseignants du programme de filmer des mots d’encouragement que j’ai insérés dans le générique final du film.

Je ne savais pas trop comment les étudiants seraient en mesure de faire le montage de leur séquence vidéo sans les nombreux logiciels dont nous disposons au collège. La Direction des systèmes et des technologies de l’information a sauvé la mise au dernier moment. Les étudiants ont été en mesure de prendre possession à distance des ordinateurs du cégep et d’accéder aux logiciels de montage.

Finalement, en arrimant toutes les séquences bout à bout, Confinement est devenu un film de 45 minutes qui a été présenté en direct sur YouTube lors de la deuxième édition du Festival du très court, un festival organisé par la Technique d’animation 3D et de synthèse d’images. Au moment de sa webdiffusion, plus de 80 personnes étaient au rendez-vous pour visionner le film. Ce projet collaboratif a enthousiasmé la Direction du cégep et a aussi connu une belle visibilité en faisant l’objet d’un article dans Le Journal de Québec.

Et pour l’automne?

Confinement était un projet contextuel qui avait un sens particulier lors de la session d’hiver 2020. Répéter le même projet lors d’une session subséquente n’aurait pas la même signification. Cependant, ce projet m’a fait réaliser comment un projet collaboratif où tous les étudiants travaillent ensemble dans le but de créer quelque chose peut faire naître une dynamique de groupe très intéressante, et ce, même à distance. Cette session a aussi été l’occasion pour moi de parfaire mon enseignement en ligne. J’ai constaté plus que jamais l’importance de l’accompagnement pédagogique. J’ai senti que mes étudiants m’ont fait confiance et m’ont suivi dans ce projet, car j’étais présent pour eux à distance et qu’ils avaient leur mot à dire dans la réalisation du film Confinement.

À propos de l'auteur

François Robert

Il enseigne en animation 3D depuis 2005. Il est détenteur d’une maîtrise en enseignement collégial avec PERFORMA, grâce à son essai portant sur la conception d’un dispositif de formation en ligne. C’est un passionné de Moodle (il possède même un t-shirt à l’effigie de cet environnement numérique d’apprentissage). Son intérêt pour la formation en ligne lui vient principalement de son expérience dans une entreprise du domaine de la télévision et une autre du domaine du cyberapprentissage, mais aussi de ses années de formation, que ce soit en multimédia et animation 3D ou en pédagogie

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*