Profweb

Accueil » Publications » Articles » Passer de la continuité pédagogique à la formation à distance en mode agile — Une conférence de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM (2/2)

Publications

Articles

Publié le 16 septembre 2020 | Multidisciplinaire

Passer de la continuité pédagogique à la formation à distance en mode agile — Une conférence de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM (2/2)

Dans le cadre d’une série de webinaires organisées par l’ESG+ au printemps 2020, Catherine Viens, chargée de projets technopédagogiques à École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM, a présenté le webinaire Passer de la continuité pédagogique à la formation à distance en mode agile pour aider les enseignants de l’enseignement supérieur dans la transposition de leurs cours en présentiel en cours à distance. Je vous présente les grandes lignes de sa présentation dans 2 articles:

  1. Le premier faisait la distinction entre la continuité pédagogique et la réelle formation à distance.
  2. Celui-ci, le deuxième, explique comment transformer un cours en présence en un cours en ligne efficace.

5 étapes pour transformer son cours en présentiel en cours en ligne

Transposer un cours en présentiel en cours à distance ne se fait pas par magie. C’est un processus réfléchi qui s’échelonne dans le temps. Catherine Viens décortique ce processus en 5 étapes:

  1. Analyser votre cours
  2. Restructurer votre cours
  3. Adapter et développer votre matériel avec le modèle SAMR
  4. Donner votre cours
  5. Communiquer et encadrer vos étudiants

Transformer un cours présentiel vers la distance (Source: Catherine Viens, ESG UQAM)

Analyser votre cours

Avant tout, il faut bien établir les objectifs de notre formation en ligne. Dès le départ, il est important d'identifier votre cible finale et de déterminer l’évaluation finale qui permettra de l’atteindre: cela teintera le mode de diffusion que vous adopterez et, par le fait même, votre approche pédagogique.

Il est facile de s’éparpiller, de vouloir tout dire ou tout écrire, lorsque nous enseignons en ligne. C’est l’un des pièges de la formation à distance.

Catherine Viens

Catherine Viens a créé 2 documents qui vous aideront à structurer votre cours en ligne:

  • La grille d’analyse permet de cerner les besoins, les préalables et le profil des étudiants.
  • Le devis, quant à lui, permet d’obtenir une vue d’ensemble de votre cours et de le repenser en prenant en compte différents facteurs (moments clés de la session, évaluations formatives et sommatives, outils technologiques…).

Catherine Viens rappelle que lorsque vous enseignez en classe, vous donnez une pause à vos étudiants, vous prévoyez du temps au début et à la fin du cours pour divers rappels et pour les interactions. Tout cela fait en sorte que le temps réel de la période d’enseignement est moindre. Vous devez ajuster le ratio théorie-pratique en ligne en conséquence. De plus, il est à noter qu’un travail réalisé à la maison dans le cadre d’un cours à distance peut prendre plus de temps que s’il était effectué en classe. Comme enseignant, il faut en être conscient et savoir s’ajuster.

Restructurer votre cours

Le degré de structure, d’autonomie et de dialogue peut faire en sorte que l’étudiant s’engage à différents niveaux dans sa formation à distance. Pour éviter de créer inutilement du stress chez celui-ci et faciliter son acquisition des compétences, la structure pédagogique de vos cours sera la clé.

Structure

À chaque séance, il est important de présenter les liens entre les objectifs, la compétence à acquérir et les activités. En explicitant la pertinence des contenus enseignés, vous expliquez votre intention pédagogique aux étudiants et diminuez leur anxiété liée au fait de suivre une formation en ligne. De plus, le fait de présenter les différents objectifs traités lors de la séance permettra de segmenter le contenu logiquement et d’aider les étudiants dans leur travail métacognitif. À la fin de la séance, vous bouclez ainsi la boucle en montrant comment l’objectif a été atteint.

Autonomie

Proposer une feuille de route à vos étudiants les aidera à s’organiser et à mieux gérer leur temps de façon autonome.

Il faut bien balancer les portions de cours théoriques et les exercices pratiques dans les cours synchrones et asynchrones. Il est préférable de placer davantage de théorie dans les séances asynchrones, car les étudiants sont autonomes dans l’acquisition des concepts. Il sera motivant et engageant tant pour vous que pour vos étudiants de mettre la théorie en pratique tous ensemble, lors des cours synchrones.

Dialogue

Les rétroactions doivent être prévues, qu’il s’agisse de messages d’encouragement ou de simples rappels. Il faut guider, soutenir et encadrer les étudiants. D’ailleurs, le simple fait de publier un message sur le forum de classe ou d’envoyer un courriel personnalisé à un étudiant permet de briser l’isolement que peut créer une formation en ligne et de maintenir la motivation.

Adapter son matériel

Catherine Viens conseille d'intégrer les technologies graduellement. Il faut être confortable avec les outils utilisés pour les cours en ligne.

Les technologies doivent apporter une valeur ajoutée à l’enseignement. Vous devez vous questionner à savoir quelle technologie permet de présenter le mieux les notions à transmettre. Les technologies sont un complément à l’enseignement pouvant bonifier la formation offerte aux étudiants et diversifier les manières d’acquérir les notions importantes.

Donner votre cours

Toutes les pièces du casse-tête se mettent en place lorsque vient le temps de donner le cours. En synchrone, 2 possibilités s’offrent à vous:

  • la substitution (réplique du cours en classe, mais en ligne)
  • l’utilisation des séances synchrones pour offrir une valeur ajoutée à votre cours, pour permettre un apprentissage actif

Les séances synchrones sont des périodes dédiées pour les rencontres virtuelles et les échanges. Proposez à vos étudiants:

  • des activités collaboratives
  • des remue-méninges
  • des exercices en petits groupes
  • des présentations en équipe
  • etc.

Une séance synchrone ne doit pas se limiter strictement à la diffusion de contenus.

Bien qu’il soit conseillé d’enregistrer les séances synchrones, pour permettre à tous les étudiants d’accéder au matériel quand ils le souhaitent, il faut aviser les étudiants qu’ils seront enregistrés, car certains préféreront désactiver leur webcam.

Il est à noter que certains cours du collégial traitent de sujets sensibles (psychologie, sexologie…) et entraînent souvent des interventions plus personnelles des participants. Catherine Viens suggère de segmenter l’enregistrement du cours synchrone en plusieurs capsules vidéos et omettant ces interventions personnelles, ainsi vous évitez de créer une situation inconfortable pour un étudiant.

Une première séance synchrone

Accordez une attention particulière à la première séance de votre cours synchrone. Étant donné que la majorité des cours ne seront pas en présence, le simple fait que les étudiants puissent vous voir, que vous ayez l’occasion de teinter votre classe virtuelle avec votre humour et que vous puissiez verbaliser les choses à votre manière vont faire en sorte que les étudiants vont créer un lien avec vous.

Cette première rencontre est aussi l’occasion pour :

  • vous faire connaître
  • présenter le contenu et la structure de votre cours
  • naviguer dans la plateforme de cours
  • etc.

Avec une première séance synchrone, il a été possible d’observer, par la suite, une présence plus constante des étudiants tout au long de la session. Une simple capsule de présentation dans un cours asynchrone ne permet pas de tisser un lien: cela ne crée pas le réflexe chez les étudiants de participer aux séances synchrones subséquentes.

La première séance synchrone vous permet également de cerner le type d’étudiants que vous avez et d’avoir une meilleure idée des interventions et de leurs besoins.

Évaluer à distance

Souvent, dans le contexte de formation à distance, l’examen final a lieu en présentiel. Le contexte de la COVID-19 a obligé à revoir cette pratique au printemps 2020. Catherine Viens suggère fortement de repenser vos évaluations finales pour qu’elles ne comportent pas que des questions à réponse unique. L’étudiant devrait plutôt montrer comment il est en mesure d’appliquer les connaissances qu’il a acquises. Le but n’est pas d’évaluer uniquement les connaissances des étudiants, mais également d’évaluer leur savoir-agir. Cela permet de valider que ceux-ci ont bien intégré l’ensemble des compétences nécessaires pour résoudre différents problèmes.

Pour préparer les étudiants à des évaluations certificatives, comme les examens d’un ordre professionnel, plusieurs outils sont accessibles et vous permettent d’imiter les conditions de ces examens, par exemple:

  • examen avec une durée prédéfinie
  • ordre aléatoire des questions

Communiquer et encadrer vos étudiants

Centraliser les communications

Que ce soit par courriel ou sur le forum de classe, il faut créer chez les étudiants le réflexe de communiquer avec vous et avec leurs pairs par l’entremise d’un canal de communication clairement identifié. Il ne faut pas oublier également que la communication s’effectue aussi par le biais du matériel partagé. Le point important à retenir est de communiquer régulièrement avec les étudiants. Il faut établir et maintenir un contact avec ceux-ci. Il ne s’agit pas d’adopter une posture de tuteur où vous intervenez à certains moments-clés et attendez d’avoir corrigé un travail pour interagir. Vous devez être présent tout au long de la session pour guider, encourager et stimuler vos étudiants.

Susciter l’interaction pendant les séances synchrones

Plusieurs outils de visioconférence ont des fonctionnalités pour susciter l’interaction entre les participants. Les outils de sondage permettent de planifier des questions et de lancer des débats à des moments définis. De plus, à partir des résultats obtenus, il est possible d’ajuster vos explications et de faire un retour sur la matière.

Que ce soit en plénière ou en sous-groupe, l’option du tableau blanc permet aux étudiants:

  • d’intervenir
  • de prendre des notes
  • d’échanger des idées
  • de construire des cartes conceptuelles en temps réel

Vous pouvez également ouvrir un document régulier et laisser les étudiants en prendre le contrôle à différents moments pendant la séance synchrone.

Lorsque vous avez plus de 15 étudiants, Catherine Viens suggère de privilégier les interactions écrites pour éviter la cacophonie. Il est intéressant de nommer un étudiant qui sera modérateur: il s’occupera de gérer le clavardage et de donner les droits de parole. Cela vous aidera à ne pas être distrait et à vous concentrer sur votre cours.

Lancez-vous!

Que vous soyez à vos débuts en formation à distance ou aguerris avec ce mode d’enseignement, le plus important est de ne pas sauter d’étapes et d’essayer d’en faire trop. Tenez-vous-en à l’essentiel et soyez confortable avec votre matière et votre plateforme de cours, le reste va suivre de lui-même.

Sur ce, bonne session !

À propos de l’ESG+
L’ESG+ est le continuum de services entre l’académique et le monde des affaires de l’ESG UQAM. Elle dessert aussi bien les étudiants et les diplômés que les professionnels et les dirigeants. Ce guichet unique de l’ESG UQAM regroupe la formation et le perfectionnement, la gestion de carrière, les stages et le Réseau des diplômés de l’ESG UQAM. Sa mission? Écouter, outiller et stimuler la création dans un univers où les nouvelles technologies, les changements sociétaux, l’évolution constante du marché du travail sont vus comme des défis. Pour les personnes intéressées, n’hésitez pas à contacter l’ESG+ à l’adresse suivante: esgplus@uqam.ca

Remerciements
Je tiens à remercier Mme Catherine Viens pour son webinaire fort instructif et sa collaboration à cet article.

À propos de l'auteure

Camille Arpin Elle est éditrice pour Profweb depuis 2019. Elle enseigne le français et la littérature dans différents cégeps de la province. Ses études et ses expériences professionnelles l’ont menée à s’intéresser aux approches pédagogiques multidisciplinaires et aux enjeux liés à l’évaluation des connaissances et des compétences.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*