Profweb

Accueil » Publications » Récits » Une histoire d’intégration des technologies par deux profs d'histoire!

Publications

Récits

Publié le 8 février 2006 | Histoire

Une histoire d’intégration des technologies par deux profs d'histoire!

Dans cette entrevue faite par Serge Y. Roy, conseiller pédagogique TIC au Collège Édouard-Montpetit, deux professeurs d’histoire, Louis Lafrenière et Lorne Huston, relatent leur expérience de l’enseignement : de la révolution audiovisuelle à l’intégration des TIC telle qu’on la connaît, aujourd’hui, en passant par l’arrivée des micro-ordinateurs dans les collèges.

Louis Lafrenière et Lorne Huston

Lorne et Louis racontent, en 60 minutes, l’histoire de deux vies d’enseignement. Pour faciliter l’écoute, l’entrevue a été subdivisée en 4 blocs de 10 à 20 minutes chacun.

Enregistré, le 10 novembre 2005, dans les studios de son de la Direction des Systèmes et des Technologies de l’Information du Collège Édouard-Montpetit. La prise de son est de Serge Plante et la musique de Gervais Paquet.

Pour écouter chacun des blocs de ce récit, cliquez sur un titre dans la liste du lecteur mp3. Vous trouverez, plus bas, une description du contenu de chacun de ces blocs.

Des cartes perforées à Chronos: une ligne de temps continue

Présentation des deux professeurs et leur début dans l’enseignement avec le tableau noir, vraiment noir et des textes comme principaux instruments d’enseignement. Puis s’ajoutent progressivement les diapositives, le rétroprojecteur, les films sur bobines et enfin la vidéo. Comment se sont-ils appropriés le micro-ordinateur quand il a fait son apparition dans les années 80? Est-ce qu’il y a eu un moment charnière à partir duquel l’ordinateur se révélait, pour eux, comme un véritable outil pédagogique? Le traitement de texte est, sans doute, l’application par laquelle l’ordinateur entra dans la vie de la plupart des professeurs, alors que le « copier coller » à l’aide des ciseaux et de la colle devint virtuel. Puis vint la possibilité d’inonder les étudiants d’images pour leur faciliter l’accès à des concepts plus abstraits.

L’utilité des technologies dans l’enseignement de l’histoire

Les bases de données, pour répertorier les faits historiques et les entrecroiser afin de faire émerger des structures conceptuelles, jouent un rôle clé dans l’enseignement de l’histoire.

Deux faits ressortent du travail avec les technologies :

  1. L’effet d’accumulation qui nous permet d’améliorer continuellement notre travail en repartant de ce que nous avons déjà fait.
  2. Cependant, il ne faut pas oublier l’exigence de l’adaptation continue, puisque les technologies sont en mutation constante. Cette mutation nous apporte de nouvelles possibilités et un peu plus de convivialité, mais il faut sans cesse remettre à jour nos contenus et nos habiletés technologiques. Ceci alimente la courbe d’apprentissage et le travail invisible que nous devons faire pour offrir un contenu de plus en plus beau et sophistiqué à nos étudiants.

De la qualité du produit fini à la qualité de la relation pédagogique

Le courriel permet aux professeurs une meilleure utilisation de leur temps de disponibilité. Il permet aussi aux étudiants de poser des questions plus précises, qu’ils n’auraient pas posées en classe ou en privé. De plus, l’échange par courriel permet aux professeurs d’entrer dans la sphère privée des étudiants et de créer un rapport plus dynamique. Les professeurs suivent les étudiants dans leur univers technologique, qui est souvent le lieu de leur communication personnelle. Ainsi, on entre dans un univers auquel l’enseignant et l’école n’avaient pas, auparavant, accès.

Comment sauvegarder la culture de l’argumentation que l’étude, à partir des textes, permettait de développer? Dans ce nouvel univers de l’instantané et du « flash », où l’abondance et la diversité tiennent lieu de rigueur, comment ne pas perdre les avantages de la pensée discursive et linéaire, soit de suivre ou de construire un fil de pensée continu et complexe?

L’étudiant laissé à lui-même par l’approche de l’acteur actant, préconisée par le constructivisme, ne peut pas développer la sensibilité conceptuelle nécessaire pour appréhender, par exemple, le développement de l’Occident. L’étudiant a besoin que le professeur place un cadre plus général pour appréhender cette réalité. Et ce sont les obligations, créées par ce cadre, qui supportent l’action de l’étudiant.

Travail collaboratif ou connivence?

Alors que le plupart des professeurs travaillent de façon individuelle, quels sont les avantages de travailler en tandem? Le support, l’échange nourrissent une relation humaine qui permet de faire face aux moments difficiles et à l’exigence d’être continuellement en représentation aux yeux de centaines d’étudiants. Cette connivence permet aussi de concevoir et de réaliser une application pédagogique d’envergure Chronos. Cette expérience de production bouleverse complètement la pratique pédagogique et s’enligne avec les exigences du constructivisme. Pour les étudiants, ça leur permet de prendre des informations et de les manipuler pour construire la signification d’un évènement historique, par exemple.

La petite histoire des technologies au Collège Édouard-Montpetit est plutôt positive, mais il reste un pas à franchir pour que l’intégration des technologies se fasse de façon totale, il faut que nous ayons les outils sous la main, qu’ils fassent partie intégrante du déroulement des cours. L’intégration des TIC est un processus itératif qui se fait en écoutant les professeurs, en introduisant certaines facilités. Il faut soutenir les professeurs qui bougent, ceux qui essaient, et faire place à l’expérimentation et à la folie créative. Enfin, il faut reconnaître le travail qui se cache derrière la magie des nouvelles technologies et offrir des formes de soutien pour faciliter ce travail.

Voici une première expérience de baladodiffusion, nous espérons que de nombreux étudiants écouteront ces capsules audio sur leur baladeur MP3 ou que les professeurs les écouteront en transit dans les transports urbains sur la radio de leur automobile. L’avantage du podcasting, c’est la possibilité d’écouter des propos intelligents tout en voguant à toute sorte d’occupation, de mettre à profit votre capacité de traitement parallèle ou multitâche. L’audio se prête ainsi à une utilisation pédagogique renouvelée. Les outils de production audio numériques sont disponibles depuis longtemps, mais avec cette capacité de diffusion élargie, ils prennent un intérêt tout à fait particulier pour transmettre des contenus aux étudiants. D’ailleurs, on prévoit depuis longtemps que l’interaction avec les ordinateurs se fera, un jour très prochain, par la voix.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*