Profweb

Accueil » Publications » Récits » Un hérétique aux pays des TIC et de DECclic

Publications

Récits

Publié le 7 octobre 2007 | Histoire

Un hérétique aux pays des TIC et de DECclic

D’entrée de jeu, je dois avouer que je ne suis ni TIC-omane, ni WEB-accro. Je n’ai pas de site web personnel et je ne passe pas mes temps libres à peaufiner mon blogue. Je dois même confesser que j’utilise mon ordinateur plutôt comme une machine à écrire électronique que comme un instrument de navigation ou un outil pédagogique. Ce qui ne veut pas dire que je sois un dinosaure : j’utilise fréquemment Internet (surtout à des fins d’information et pour préserver des documents) et Omnivox, et j’ai monté un certain nombre de mes cours sur PowerPoint. Je ne suis donc pas réfractaire aux technologies informatiques, mais je ne suis pas non plus un aficionado du microprocesseur. Plutôt une sorte d’électron libre ou même d’hérétique.

Peu enclin à rechercher comment utiliser les TIC pour améliorer mon ordinaire pédagogique, j’ai quand même été intrigué, il y a près de deux ans, quand mon fils, étudiant au premier cycle universitaire, a réquisitionné l’ordinateur familial pour réaliser un examen à la maison! Je croyais, comme le commun des mortels, que ce genre d’exercice appartenait encore à la science-fiction. Je me suis donc glissé dans le bureau pour voir de quoi il en retournait, et j’ai vu mon rejeton répondre, avec attention et enthousiasme, à un questionnaire à choix multiples (choix et ordonnancement des questions aléatoires). J’ai aussi été témoin de son plaisir à recevoir son résultat dès la fin de l’examen.

Je me suis donc renseigné sur le genre de logiciel qui permettait cette innovation pédagogique. J’ai alors appris que ce type de logiciel existait et qu’il était disponible au collège. J’ai par conséquent pris rendez-vous avec Caroline Dubé, conseillère pédagogique, laquelle m’a appris à utiliser Exam Studio. Pendant la session d’hiver 2006, j’ai donc pianoté sur mon clavier pour créer des tests et examens (choix multiples à 5 réponses) à partir de mon manuel d’Histoire de la civilisation occidentale (ERPI, 2005). J’ai constitué dix banques de 30 questions chacune (une par chapitre) et trois banques regroupant respectivement 60, 120 et 120 de ces questions, les banques de 30 questions servant de tests de lecture (valant 1 % chacun) et les autres d’examens de lecture (valant respectivement 5, 10 et 10 %). Puis, au printemps et pendant l’été (et oui!), j’ai appris, toujours avec l’aide de Caroline, à me servir de DECclic I pour créer des échéanciers et des évaluations. J’ai donc pu intégrer ce nouvel outil d’évaluation à mon cours d’Histoire de la civilisation occidentale à l’automne 2006, tout en préparant de nouvelles banques de questions à partir de mon manuel d’Histoire du XXe siècle (Chenelière, 2002) pour le cours correspondant (330-Q23-FX), que j’ai donné à l’hiver 2007 en utilisant là aussi DECclic. Entre-temps, j’avais formé deux collègues à Exam Studio et à DECclic (tout en leur fournissant mes banques de questions), de sorte qu’ils ont pu eux aussi les utiliser dès la session d’hiver 2007. Et j’ai dû m’initier à DECclic II pendant l’été 2007 et pendant l’actuelle session, avec Caroline comme mentor.

Nonobstant la charge de travail initiale pour apprendre à se servir du logiciel Exam Studio et la plateforme DECclic, quels sont les avantages et les inconvénients de mon expérience à ce jour?

Les avantages sont nombreux. D’abord, une diminution importante de la consommation de papier, tant pour les tests que pour les examens de lecture : c’est ça de gagné pour l’environnement et pour le porte-monnaie des élèves. En second lieu, passée la phase d’apprentissage, une réduction appréciable de la charge de travail (et surtout de correction) de l’enseignant, qui peut ainsi se concentrer sur des missions moins rébarbatives (mon DG est d’accord). En troisième lieu (c’était là mon objectif principal), une très nette augmentation du nombre d’élèves ayant fait les lectures de la semaine dans le manuel (j’estime que le nombre des lecteurs assidus est passé de 3-4 à 20-25 par semaine sur des groupes de 40) : c’est un succès pédagogique qui, bien que ses effets concrets et immédiats soient difficiles à mesurer, m’apparaît considérable. Ensuite, une bonification de la réussite scolaire, la réalisation de tests et d’examens de lecture à l’ordinateur (côté ludique), au moment jugé opportun par l’élève à l’intérieur de l’échéancier (côté pratique), avec accès au manuel (diminution du « par cœur » honni par plusieurs élèves) ayant permis la réussite de 3 à 5 élèves de plus par groupe-classe. Enfin, une certaine amélioration du climat en classe (les élèves arrivent mieux préparés) et des relations entre l’enseignant et les élèves (moins de points de friction).

Il y a quand même, il faut le souligner, des inconvénients. D’abord, les imperfections de la plateforme DECclic qui, malgré la bonne volonté des administrateurs et les aménagements qu’ils apportent à la demande des usagers, peuvent parfois devenir des irritants. En second lieu, le fait que le logiciel Exam Studio ne soit pas installé sur tous les ordinateurs dans mon collège : frustrations et imprécations! Et, enfin, la difficulté qu’éprouvent certains élèves à interagir correctement avec le logiciel aussi bien qu’avec la plateforme : soit parce qu’ils n’ont pas un ordinateur performant ou une connexion Internet haute vitesse à la maison; soit parce qu’ils sont négligents et qu’ils « oublient » les échéances, forçant le prof à les tancer ou à faire des contorsions informatiques; soit parce qu’ils sont paniqués devant le médium et qu’ils font des erreurs bêtes qu’il faut réparer.

Néanmoins, les irritants dus aux difficultés des élèves sont aussi, en quelque sorte, un baume sur les plaies de l’enseignant qui n’est pas un initié des TIC. Il constate ainsi qu’il n’est pas le seul à se sentir démuni par moments devant la bête informatique et que la phrase si souvent répétée selon laquelle « les jeunes ont l’informatique dans le sang parce qu’ils sont nés avec » n’est qu’un poncif ou un trompe-l’œil!

Ressources suggérées par l'auteur

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*