Profweb

Accueil » Publications » Récits » Un cours d'informatique asynchrone pour favoriser l'autonomie des étudiants en Sciences de la nature

Publications

Récits

Publié le 17 avril 2018 | Langage mathématique et informatique

Un cours d'informatique asynchrone pour favoriser l'autonomie des étudiants en Sciences de la nature

Au Collège d'Alma, les étudiants de Sciences de la nature suivent obligatoirement un cours complémentaire d'informatique. Ce cours était auparavant donné en présence, mais, depuis l'automne 2016, nous l'offrons plutôt à distance, en formule asynchrone. Ce changement a été un franc succès!

Notre motivation à changer de mode d'enseignement

Dans le cours Informatique appliquée aux Sciences, nous enseignons aux étudiants des notions de bureautique utiles à la réalisation de leurs rapports de laboratoire. Par exemple :

  • Acquérir un vocabulaire informatique
  • Utiliser Word (mise en page, table des matières, etc.)
  • Utiliser Excel (tableaux, graphiques, etc. )
  • Faire des recherches sur internet

Quand le cours se donnait en classe, nous avions l'impression que les étudiants ne prenaient pas réellement leur apprentissage en main. Les taux de réussite étaient excellents, mais il nous semblait que les étudiants manquaient d'autonomie. Ils étaient souvent peu attentifs durant les cours théoriques. Puis, au laboratoire d'informatique, les questions fusaient de toutes parts : chaque étudiant voulait nous avoir à côté de lui pour que nous répondions à ses questions.

Au laboratoire, nous avions 2 options :

  • Prendre le contrôle des écrans des étudiants, pour leur montrer clairement une façon de faire commune (mais les étudiants n'avaient alors pas l'occasion de pratiquer eux-mêmes)
  • Laisser les étudiants travailler individuellement... Mais chacun rencontrait alors des problèmes différents et attendait nous venions lui répondre pour progresser.

Nancy participait au comité de la formation à distance de notre collège et a eu l'idée de transformer le cours. Annie a embarqué avec enthousiasme.

Nous espérions qu'un cours à distance asynchrone permettrait de mieux répondre aux besoins individuels des étudiants… Et nous avons été satisfaites!

La formule choisie

En fait, nous avons opté pour une formule hybride : la première séance de cours se fait en personne, le soir. Les examens ont également lieu en classe, le soir. Pour le reste, les étudiants font leurs apprentissages où et quand ils le veulent : c'est un cours à distance asynchrone.

En présence ou à distance, le contenu n'a pas changé

Nous n'avons changé ni les examens ni les travaux à faire en transformant notre cours. Le contenu est tout à fait équivalent.

Une première séance en personne, pour partir du bon pied

La première semaine, le cours a lieu en présence. Nous en profitons pour expliquer le déroulement de la session et pour nous assurer que tous les étudiants sont capables d'accéder aux plateformes Colnet, Moodle et OneDrive.

Enseigner au moyen de capsules vidéo

Tout l'enseignement se fait au moyen de capsules vidéo. (Les étudiants n'ont aucun texte à lire.) Nous avons réalisé un très grand nombre de captures vidéo d'écran avec le gratuiciel Screencast-O-Matic. Chaque capsule dure de 3 à 5 minutes. En respect de la pondération du cours (1-2-3), les étudiants doivent visionner un certain nombre de capsules chaque semaine, pour une durée totale maximale d'une heure.

Extrait d'une capsule créée pour le cours Informatique appliquée aux Sciences. Annie Bouchard explique comment insérer un descriptif ou un numéro de page dans un entête ou un pied de page.

La première année, nous utilisions la version gratuite de Screencast-O-Matic, très conviviale et fonctionnelle. Toutefois, cette année, nous avons opté pour la version « pro », à 1,50$ par mois. Il n'y a plus de « tatouage numérique » (watermark) du logo de Screencast-O-Matic dans le bas de nos vidéos. Nous avons aussi accès à un outil de montage. (Nous n'avons évidemment pas toutes refait les capsules de la première année! Mais nous en avons ajouté ou modifié certaines.)

Au début, réaliser 1 heure de capsules nous prenait 3 ou 4 heures. Maintenant, nous avons pris de l'expérience : nous y arrivons en 1 h 30. Un truc : si vous voulez vous enregistrer, faites des pauses après chaque idée que vous énoncez. De cette façon, si vous faites une erreur, il sera facile de faire un montage en coupant seulement la partie à modifier. Si vous parlez dans un flot continu, il faudra reprendre l'enregistrement en entier…

Le menu de la troisième semaine du cours, dans Moodle. On y voit la liste des capsules vidéo à visionner, les informations relatives aux travaux à faire et le forum de la semaine.

Soutenir la persévérance et encadrer les étudiants

Pour éviter de « perdre » les étudiants en leur transférant la responsabilité de leur apprentissage et de la gestion de leur temps, nous assurons un encadrement serré. Les étudiants ont un travail à remettre chaque semaine. Si un étudiant omet plus d'une remise, nous le contactons.

Nous nous faisons un devoir de répondre aux courriels et messages sur le forum en moins de 24 h. Initialement, nous avions fixé le moment de la remise hebdomadaire des travaux au dimanche soir. L'attrait de la procrastination étant ce qu'il est, les forums étaient alors inondés de questions les samedis et dimanches… Pour rectifier le tir et profiter un peu plus de nos fins de semaine, nous avons changé le moment des remises au vendredi soir!

Notons aussi que, puisque les étudiants sont sur le campus, ils peuvent venir nous voir à nos bureaux pour nous poser des questions quand ils en ont.

Les consignes pour le travail à faire par les étudiants à la 3e semaine, avec un document d'accompagnement.

La charge de travail pour nous

Répondre aux questions sur les forums du cours sur Moodle représente autant de travail que ce l'était de répondre aux questions des étudiants en classe lors des laboratoires. Mais, alors qu'avant, nous étions assaillies de questions, maintenant, nous pouvons prendre notre temps pour répondre en détail à chaque étudiant.

La deuxième année, nous avons prérempli les forums avec les questions les plus fréquentes de l'année précédente. Cela nous évite d'avoir à répondre à nouveau aux mêmes questions!

Ce qu'en pensent les étudiants

Le taux de réussite du cours et la moyenne des notes finales n'ont pas changé depuis que le cours est à distance.

Un sondage que nous avons effectué chaque année auprès des étudiants nous confirme que ceux-ci sont ravis. 85% disent avoir aimé l'expérience de la formation à distance.

Les étudiants notent eux-mêmes que le cours à distance les amène à développer leur autonomie. Cela contribue aussi à les préparer pour l'université, où de plus en plus de cours sont offerts à distance.

Nous sommes très satisfaites des résultats obtenus par le changement de la formule du cours. Nous considérons même que d'autres cours de notre département pourraient être transformés en cours à distance asynchrone. À suivre!

Note de l'éditrice

Annie Bouchard et Nancy Bluteau ont partagé leur expérience de transformation d'un cours en présence en un cours à distance lors de l'édition de 2017 du Colloque de l'Association québécoise de pédagogie collégiale. Vous pouvez consulter le diaporama qu'elles ont utilisé lors de leur présentation.

À propos des auteures

Nancy Bluteau Elle est enseignante depuis 1995, dans un premier temps au niveau secondaire et par la suite au niveau collégial. Elle aime enseigner les techniques de programmation et elle aime expérimenter différentes technologies. Partager ses connaissances avec les étudiants est un défi qu'elle aime relever au quotidien. Nancy a un baccalauréat en informatique de gestion de l'Université de Sherbrooke ainsi qu'un certificat en enseignement de l'UQAC.

Annie Bouchard Elle enseigne depuis 1990, dans un premier temps dans des collèges privés, puis dans le réseau public. Elle adore travailler avec les jeunes adultes. Elle est soucieuse de la réussite de ses étudiants et l’utilisation de nouvelles méthodes pédagogiques la motive énormément. L’enseignement des cours en tant que discipline contributive la stimule, car en plus d’enseigner les compétences informatiques, elle apprend aux étudiants à aimer « la machine ». Et ça, elle aime ça!

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*