Profweb

Accueil » Publications » Récits » Un blogue pour concilier la culture du « zapping » et l’école

Publications

Récits

Publié le 23 novembre 2008 | Économique

Un blogue pour concilier la culture du « zapping » et l’école

Zapping, SMS, chat, jeux électroniques ont changé la conception des jeunes face au temps : les activités des jeunes hors classe sont caractérisées par une notion de temps court. Tout va vite, trop vite même. Clic, on zappe un programme télé; clac, on clavarde en temps réel dans un mélange d’abréviations, de mots intacts, phonétiques ou tronqués… La tentation est grande de « zapper » l’école. Pourtant l’école est un lieu d’apprentissage où le raisonnement, la logique, la rigueur exigent un « temps long ». Mais l’école avec sa cour conventionnelle et ses quatre murs presque dénudés offre un espace moins attrayant pour les jeunes de la Génération millénaire (MeeWee Generation). Par contraste, l’environnement extérieur est riche en gadgets solliciteurs : pubs alléchantes, arcades, jeux vidéo, cinéma, télévision, iPod, etc. Pourquoi ne pas utiliser la technologie qui passionne nos étudiants pour arriver d’une part, à les engager activement dans l’acquisition et l’appropriation du savoir et, d’autre part, à atteindre efficacement les objectifs d’apprentissage prédéfinis tout en leur permettant de se constituer un « capital-temps »?

La maîtrise de la matière et de l’espace-temps

Le passage de la pédagogie traditionnelle (exposés, exercices, contrôle) à une pédagogie assistée par les TIC constituait à mes yeux une des solutions appropriée à cette équation. Par ce moyen, on pouvait capitaliser sur le temps et sur l’expérience d’apprentissage de l’élève dans un espace-temps réel qui répond parfaitement aux exigences d’un univers culturel que lui impose son environnement immédiat. Enfin, l’intégration de nouveaux outils Web 2.0 (collecticiels, groupiciels ou synergiciels) aux aspects pratiques de l’enseignement offre la possibilité aux étudiants et aux profs de moyens plus modernes de collaboration et de communication entre eux en dehors des heures de cours. Un double défi était à relever : développer un blogue « ressources pédagogiques » dédié aux divers intervenants de l’éducation et un blogue « ressources étudiants » dédié exclusivement aux étudiants. Avec Profweb il m’est apparu aisé de relever ce double défi.

Le blogue pédagogie est un espace où sont publiés des articles de réflexion sur divers sujets relevant de la pédagogie ou de la science économique et sur lequel je peux entrer en interaction avec n’importe quel visiteur. J’y reviens plus loin.

Simple de conception, rapide d’accès, le blogue étudiants est fondamentalement dirigé vers les étudiants et régulièrement mis à jour. Il est consultable en tout temps. On y trouve trois types de ressources :

  • des informations pour les cours (ressources, outils, gabarits, liens);
  • des activités pédagogiques (exercices, devoirs, projets, consignes, simulations);
  • des compléments en PowerPoint aux thématiques exposées durant le cours.

Section Introduction à l'économie du blogue de Rémy Katshingu

Par exemple, dans le cadre du cours Introduction à l’économie, les étudiants sont appelés, en petits groupes, à développer un projet de session visant à faire une synthèse. Celle-ci consiste à établir des liens logiques entre les cinq concepts fondamentaux de la science économique : la rareté économique, le PIB, la demande globale, l’offre globale et le chômage oul’inflation. Chaque explication doit être illustrée à l’aide d’un exemple basé sur les faits économiques contemporains chiffrés. La première démarche de l’étudiant est de consulter directement le site du prof, là où il est certain de trouver des ressources utiles. La recherche active le contraint à parcourir la toile, à analyser les infos tirées des différents sites, à établir des liens entre le concept et l’exemple, et à partager le résultat de son investigation avec ses coéquipiers, via Internet. Cette pérégrination à travers les liens pour dénicher des réalités typiques qui traduiraient concrètement la notion abstraite de demande globale (subprimes → crise du crédit → crise de consommations → récession → impact sur le PIB), stimule le mécanisme cognitif de l’apprenant qui, en définitive, est le principal acteur du développement de sa compétence. Par la même occasion, les notions plutôt abstraites de demande ou d’offre globales prennent une forme précise dans son esprit et son vécu.

... la mise à contribution d’un blogue ... amène les étudiants à se créer un « capital temps » substantiel, qui à son tour agit comme un stimulant sur la motivation, la curiosité et le développement de l’esprit critique.

Résultats

Les premières impressions recueilles auprès des étudiants nous autorisent à conclure que la nature du projet de session (synthèse englobant cinq chapitres du manuel) ainsi que les ressources et outils répertoriés sur le blogue ont une incidence positive sur la maîtrise de la vue globale de la matière apprise tout au long de la session. En plus, la mise à contribution d’un blogue qui permet d’éviter « l’info pollution » en sélectionnant les informations les plus pertinentes amène les étudiants à se créer un « capital temps » substantiel, qui à son tour agit comme un stimulant sur la motivation, la curiosité et le développement de l’esprit critique. Toutefois, ces impressions restent à confirmer par un sondage qui sera mené à la fin de la session en cours.

Prospective

L’intégration des TIC à l’enseignement n’est pas une fin en soi; elle ne trouve son sens que dans la mesure où elle s’insère dans un projet éducatif qui rejoint les besoins des apprenants en visant le long terme. Dans cette perspective et tenant compte des contraintes spatio-temporelles, le professeur de demain verra son rôle se métamorphoser en « médiateur » du Savoir (connaissances, savoir-faire et savoir-être). Ce médiateur agirait au carrefour d’un système de communication dont les éléments sont les élèves constitués en réseau social. Le rôle du médiateur est de catalyser les informations contextualisées aux membres de la « tribu » virtuelle via des outils collaboratifs (DECclic, Wiki, etc.) ou des expériences communicatives virtuelles (cours-vidéo asynchrone). Le gain de temps généré par un tel projet éducatif profiterait autant aux élèves qu’aux enseignants.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*