Profweb

Accueil » Publications » Récits » Outils populaires de DECclic - partie 1

Publications

Récits

Publié le 21 janvier 2006

Outils populaires de DECclic - partie 1

Au colloque de l’AQPC de juin 2006, les panélistes des tables rondes, présentés ci-dessous, commentent les outils de DECclic. Claudette Ouellette a recueilli leurs témoignage pour Profweb.

De gauche à droite, les participants aux tables rondes sont Micheline Duranleau, coordonnatrice pour l’AEC en Fabrication des produits laitiers à l’ITA, Yves Bergeron, professeur d’informatique de Bois-de-Boulogne, Philippe Etchecopar, professeur de mathématique de Rimouski, Serge Rodrigue, professeur de chimie de Sorel-Tracy, Claude Lacombe, professeur de bureautique de Lanaudière à Terrebonne, Francis Banville, professeur d’informatique de Rimouski, Michel Paquette, professeur de chimie de Baie-Comeau, Luc Desautels, professeur de philosophie de Lanaudière à l’Assomption, André Zakizewski, professeur de français de Sainte-Foy et Monique Tardif de Jonquière.

Leurs commentaires sont regroupés dans un récit présenté en deux parties; nous débutons par ceux donnés sur la messagerie, l’échéancier, l’évaluation et les ressources Internet.

La messagerie

La messagerie sécurisée de DECclic est sans contredit très appréciée des participants aux tables rondes. Ils mentionnent que contrairement aux adresses Hotmail, elle élimine le problème d’identification de l’usager et celui de la limite d’espace.

Pour Yves Bergeron la messagerie a « …résolu mon problème de communication avec mes étudiants… qui utilisaient l’adresse Hotmail. J’ai maintenant l’assurance que les étudiants reçoivent mes messages. ».

Philippe Etchecopar explique que « la messagerie me rend plus disponible et plus efficace puisque je peux choisir le moment qui me convient pour répondre à mes messages. ». Il ajoute « On peut croire que c’est dérangeant, eh bien, non… la messagerie oblige les étudiants à poser des questions plus précises. Si ce n’est pas précis, je leur demande des précisions. Ainsi ils s’habituent à être clairs dans leur demande. ».

Serge Rodrigue trouve que les étudiants sont à l’aise avec la messagerie. Elle permet des échanges variés et un rapprochement avec mes étudiants. « Les étudiants qui ne me contactaient jamais me posent des questions avec la messagerie. Lorsque je les invitais à me rencontrer … l’étudiant refusait. … Je crois que pour les étudiants gênés, la messagerie permet un meilleur contact prof-élève et qu’il est enrichi. ».

L’échéancier

Les membres du panel utilisent l’échéancier (L’échéancier ordonne par date les activités prévues durant la formation. Il peut contenir des échéances d’information, des références à des pages Web ou à des documents et des évaluations formatives ou sommatives.) dans leur cours parce qu’il encadre bien les étudiants, les situe dans leur cheminement. Il permet au professeur de transmettre les activités de la session avec des dates et des accès précis et il est accessible en tout temps. Ils précisent :

En plus d’organiser le travail de l’étudiant, Claude Lacombe mentionne que l’échéancier responsabilise l’étudiant : « il sait exactement ce qu’il a à faire et à quel moment ça doit être fait », il ajoute « ça élimine toutes les questions portant sur les travaux à remettre et la date de leur remise. ».

Pour Philippe Etchecopar, l’échéancier lui sert à transmettre aux étudiants les dates des activités prévues au cours.

C’est l’aspect dynamique qui rend l’échéancier intéressant pour Francis Banville. Il peut réutiliser aisément l’échéancier d’une session à une autre: « Je peux ainsi l’adapter pour l’utiliser à la session suivante sans devoir tout refaire. ».

De son côté, Michel Paquette apprécie que l’échéancier soit toujours disponible « … l’étudiant ne peut pas le perdre contrairement au plan de cours. » et il élimine les retards dans la remise des travaux. « L’utilisation des échéances de l’échéancier de DECclic crée l’obligation de remettre les travaux à temps parce que le système ne sera plus accessible à une heure précise définie par le prof. Les étudiants ne peuvent plus venir glisser sous la porte le travail remis en retard. ».

L’évaluation

Yves Bergeron a remarqué que « lorsque les étudiants utilisaient l’ordinateur pour répondre aux questions à développement ils écrivaient mieux. Comme ils sont très habiles au clavier, ils révisent leur copie, ce qu’ils ne se faisaient pas avant. ». Pour se faciliter la tâche de correction des réponses à développement, il utilise l’autocorrecteur de repérage des mots clés dans le texte, il obtient ainsi un indice de la qualité de la réponse de l’étudiant.

Les évaluations de DECclic sont, pour Luc Desautels, une voie de transmission sécurisée et facile. Les étudiants utilisent la fonction « Remettre l’évaluation » pour transmettre des fichiers ou des réponses à développement à faire corriger.  Ainsi, le professeur peut, à son tour, remettre aux étudiants leurs résultats avec ou sans commentaires.

Pour motiver ses étudiants à la lecture des textes théoriques, Francis Banville a créé des questionnaires à correction automatique composés de textes troués (ou phrases lacunaires). Pour accéder au corrigé, l’étudiant doit obtenir 70 % de la note allouée à l’évaluation sommative.

Toutes les évaluations de Michel Paquette sont faites sur DECclic. La remise des rapports de laboratoire s’effectue par le biais d’un questionnaire à une date d’échéance précise. Aux examens, les étudiants peuvent utiliser toute documentation, y compris Internet. Malgré tout, « Les résultats n’ont pas changé. Si je les compare à mes résultats antérieurs … les moyennes sont sensiblement les mêmes. Ça change cependant les façons de faire. J’ai dû revoir la conception des questions pour satisfaire aux mêmes exigences de compétences et conserver le même degré de difficulté. … un questionnaire avec des questions à choix unique ou à choix multiple … prend environ deux heures à répondre. Même avec leur documentation, les étudiants n’ont pas nécessairement 100 %. Ils doivent se préparer autrement pour répondre à des questions d’application plutôt qu’à des questions de mémorisation de noms de fonctions, de formules, etc. »

Les ressources Internet

Luc Desautels utilise largement les ressources Internet pour publier ses sites Web de référence commentés (dans le champ alloué à cet effet). Dans un de ses cours, elles lui ont permis d’éliminer l’utilisation d’un manuel « Tous les contenus abordés dans le cours étaient disponibles gratuitement dans divers sites sur Internet. »

Incrits à une AEC sur la Fabrication des produits laitiers, les étudiants du cours de chimie ont parfait leurs connaissances de base en chimie, et se sont initiés à la navigation sur Internet, en visitant les ressources Internet proposées par Micheline Duranleau : « Ces ressources pouvaient contenir des vidéos, des évaluations, qui portent sur leur contexte de travail et qui concerne leur milieu, etc. ».

Dans la deuxième partie seront abordés le répertoire personnel, l’équipe, le forum et le carnet de bord.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*