Profweb

Accueil » Publications » Récits » Ne pas laisser la technologie faire obstacle à l’enseignement

Publications

Récits

Publié le 25 octobre 2009 | Dessin animé

Ne pas laisser la technologie faire obstacle à l’enseignement

Malgré que l’animation 3D soit presque devenue synonyme de technologie, fondamentalement, ce qui est au cœur de l’art n’a rien à voir avec les tours de passe-passe technologiques, mais relève plutôt de l’art beaucoup plus ancien du conte. Le défi pour celui qui enseigne l’animation 3D n’est pas tant d’intégrer la technologie dans l’enseignement que d’enseigner les principes qui permettent d’aller au-delà de cette technologie. Les animateurs sont des artistes à la fois conteurs et comédiens qui puisent leur essence créatrice au fond d’eux-mêmes et qui ensuite seulement font appel à la technologie pour extérioriser leur vision. Au fond, les racines de l’animation 3D sont anciennes, et les animateurs ont perfectionné leur art bien avant l’apparition de l’ordinateur, comme conteurs, concepteurs de bandes dessinées et même comme mystiques!

Le défi ... [est] d’enseigner les principes qui permettent d’aller au-delà de cette technologie.

Comment la technologie peut prévaloir sur l’art

Désormais, un étudiant qui a une histoire à raconter ne peut plus simplement débuter avec un éclair de génie. Avant même que l’histoire puisse émerger, l’étudiant doit consentir un important investissement de temps afin de se familiariser avec une technologie et un procédé. Dans un logiciel comme 3D Studio, que nous utilisons dans notre programme, il y a des milliers de commandes à apprendre et chaque fois que celles-ci sont couplées, de nouvelles variables émergent. À mesure que l’étudiant avance dans son apprentissage du logiciel, nous le sensibilisons à tous les aspects du processus, à partir du concept jusqu’au produit fini.

Élève au travail

Généralement, cela débute avec la création d’un concept. Des maquettes seront construites par des modélistes, des textureurs produiront les surfaces, des « riggers » créeront le squelette du système qui devra pouvoir être manipulé en temps réel. Des artistes travaillant à la synthèse d’images par ordinateur créeront des arrière-plans fantaisistes et une fois que le personnage sera totalement fonctionnel, alors seulement l’animateur prendra la relève. Pour l’étudiant, ce flux technologique peut étouffer la créativité.

Projet réalisé par des étudiants

Le rôle de l’animateur

L’animateur donne vie au personnage – il est le présentateur. Le défi dans la conception d’un logiciel comme 3D Animation consiste à s’assurer que la technologie ne fasse pas obstacle à l’animateur dans son apprentissage de l’art de l’animation. En rédigeant son programme au collège Dawson, qui en est seulement à sa 2eannée, le département a cru bon d’inclure un cours d’art dramatique en réduisant le temps consacré à celui portant sur le « rigging », discipline moins importante dans la formation d’un animateur. Le cours d’art dramatique sera offert au 5e semestre.

... s’assurer que la technologie ne fasse pas obstacle à l’animateur dans son apprentissage de l’art de l’animation.

Se réconcilier avec la technologie

Une fois que les étudiants ont compris les principes de l’animation, on les initie à la « machinerie ». Ils commencent à l’ordinateur par des logiciels d’animation 2D analogues au dessin sur papier dont ils ont l’habitude. Dans un environnement 3D, des choses renversantes peuvent être réalisées. Le personnage ainsi créé par l’animateur s’approche beaucoup de l’être humain. Si vous ne pouvez faire la différence entre un humain réel et une animation, c’est que l’animateur a réussi à ébranler vos certitudes. Celui-ci doit s’efforcer de reproduire la spontanéité qui nous caractérise et qui n’est pas présente dans un scénario!

Les étudiants en environnement 3D peuvent parfois se sentir déroutés à un point tel qu’ils perdent de vue le but de l’exercice qui consiste, pour eux, à raconter une histoire. La plupart des jeunes qui nous arrivent du secondaire sont tellement saturés par le multimédia qu’ils ont tendance à juxtaposer leur propre valeur à ce à quoi la technologie leur donne accès. Cela les conduit à concevoir la réussite de manière irréaliste. Vous devez les guider loin de tout cela et les faire plonger tout au fond de leur métier dont les origines remontent littéralement à l’âge des cavernes.

Quelques élèves du programme

Dès le début, les étudiants utilisent des ordinateurs. La majorité des cours se donne en laboratoire à l’exception de la sculpture anatomique et des beaux-arts. Les enseignants eux sortent tout droit de l’industrie et doivent composer avec un environnement scolaire. L’écran du professeur est présenté aux étudiants de manière à ce que ceux-ci puissent suivre ses différentes techniques. L’utilisation de LanSchool par l’enseignant permet de limiter l’accès des étudiants à leur ordinateur et de concentrer leur attention sur les choses fondamentales. Il profite de ces moments pour corriger le travail des étudiants et les encourager fortement à donner leur avis sur le travail de leurs collègues.

À la publication de ce texte, la 1re cohorte d’élèves inscrits à ce programme en sera à son 3e semestre. Rappelons que ce programme a été défini en concertation avec l’industrie et qu’un comité consultatif a été formé. L’administration du collège a tenu compte de l’avis de plusieurs écoles professionnelles. Le programme vise essentiellement à former des animateurs et, en fin de compte, à fournir à l’industrie ce dont elle a besoin. Le défi pour les concepteurs du DEC technique en animation 3D est de former des animateurs professionnels et non seulement des techniciens.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*