Profweb

Accueil » Publications » Récits » La technologie vient au gym?

Publications

Récits

Publié le 18 avril 2010 | Éducation physique

La technologie vient au gym?

Le département d’éducation physique du cégep John Abbott déploie tous les efforts pour se tenir à la fine pointe de la technologie, ce, dans le but de motiver ses étudiants à se maintenir en bonne condition physique. Récemment, le cégep a entrepris de normaliser les tests de conditionnement physique qu’il administre et de les rendre disponibles en ligne aux étudiants. Cette initiative a permis d’offrir aux professeurs et étudiants un suivi cohérent des progrès qu’ils accomplissent.

Ainsi,  les étudiants ont maintenant accès en ligne, en tout temps, à un journal de bord de leurs activités, ce qui les aide à en faire le suivi. Ils peuvent voir clairement la somme de leurs activités physiques. Plusieurs d’entre eux sont étonnés de constater à quel point leur style de vie est sédentaire. Nous espérons que cela les incitera à bouger un peu plus!

Laura Morrison encadrant le travail de ses étudiants en entraînement.

Fitstats Web

Le premier logiciel que nous avons adopté ce semestre au département, Fitstats Web, peut être personnalisé. Nous avons rendu notre installation conforme aux normes canadiennes de condition physique. Les étudiants passent un premier test dès le début de leur cours, ce qui leur indique le niveau de leur condition physique au départ. Ils peuvent ensuite entrer les résultats de leur entraînement et de leurs activités dans leur compte d’accès Internet, à partir d’un ordinateur ou d’un iPhone. Chaque étudiant traverse cette série de tests au moins deux fois durant leurs études. Les enseignants ont accès aux résultats.

La période d’adaptation à Fitstats Web n’a pas été sans difficulté, allant de l’oubli de la sauvegarde des données à l’omission de certaines informations personnelles telles que la date de naissance, indispensable pour établir la zone cible de fréquence cardiaque. Nonobstant ces quelques problèmes, plus de 600 étudiants disposent maintenant d’un profil précis de leur condition physique et le système est prêt pour un autre essai lorsqu’à l’automne prochain, les 5 000 étudiants se présenteront.

La réaction des étudiants a été positive. Chacun d’entre eux reçoit son profil de condition physique qui dresse la liste de ses résultats aux tests, souligne ses forces et faiblesses et fournit une rétroaction sur la façon de s’améliorer. Lorsque les étudiants voient les résultats noir sur blanc, ils comprennent mieux la relation qui existe entre les choix relatifs à leur style de vie et l’impact de ces choix sur leur santé et leur bien-être. Les enseignants estiment qu’il s’agit là d’un ajout positif au programme et que la standardisation des procédures des tests et des résultats permet une meilleure cohésion entre enseignants.

Musculation

Le logiciel Musculation du CCDMD a été conçu par Réjean Croisetière, Gaétan Dubé et Gilles Pettigrew du Cégep de Rimouski.

Le département vient également de s’enrichir du logiciel Musculation, produit par le CCDMD. Comme c’est le cas pour plusieurs produits du CCDMD, une version pour étudiants est offerte au coût de six dollars. Ce logiciel permet à chaque étudiant de se créer un programme de conditionnement physique personnalisé qui l’aidera à atteindre ses objectifs et à élever le niveau général de sa condition physique. Il comprend des opérations de glisser-déposer permettant à l’utilisateur d’adapter un programme d’exercices à ses besoins ou de sélectionner des programmes prédéterminés parmi lesquels 17 sont orientés vers les sports et 24 sont conçus soit pour la résistance musculaire soit pour le renforcement musculaire. Il y a plus de 350 explications illustrées des différents exercices, montrant en détail la façon de réaliser ces exercices.

Le bilan

Pour ce qui est de l’évaluation de la condition physique et du journal de bord des exercices, l’enseignant demeure l’autorité et la référence. Bien que les outils informatiques constituent une motivation pour l’étudiant, l’enseignant opère le lien entre toutes ces activités et le niveau de condition physique atteint. Il est le principal motivateur, celui qui fait prendre conscience à l’étudiant de l’importance des exercices physiques quotidiens.

... faire la démonstration que même le moins motivé de nos étudiants peut connaître la satisfaction que procure le succès d’une activité physique, et ce, d’une façon qui a un sens pour lui.

C’est également l’enseignant qui demeure l’expert dans l’exécution des exercices individuels. Même si l’étudiant peut se faire une idée raisonnable de la nature de l’exercice à entreprendre par ces programmes sur mesure, l’enseignant se doit de faire un suivi régulier de leur pratique afin de s’assurer que l’exercice est correctement exécuté et qu’il continue à l’être. La grande diversité de caractéristiques physiques des étudiants rend l’instruction individuelle nécessaire.

L’emploi de ces logiciels offre cependant aux étudiants une réelle possibilité de travailler de façon plus autonome. Il permet à l’enseignant de circuler plus librement pour les conseiller pendant le cours. Avant leur utilisation, il était difficile, dans une classe de 34 étudiants, de fournir des programmes personnalisés. Aujourd’hui, nous pouvons aider les étudiants à adopter le programme correspondant à leur besoin. L’industrie de la culture physique gagne en popularité; les étudiants se présentent avec plus d’expérience de première main. Ces derniers deviennent progressivement aptes à aider les débutants, ce qui amène des possibilités d’encadrement par les pairs, limitées certes, mais fort valables.

Les TIC nous permettent de répondre aux besoins des étudiants d’une façon plus personnelle et de concentrer nos énergies à les aider à réaliser leur potentiel. L’activité physique ne s’inscrit pas toujours dans le cadre d’un sport d’équipe, et donc l’ajout de ces logiciels à notre programme nous aide à faire la démonstration que même le moins motivé de nos étudiants peut connaître la satisfaction que procure le succès d’une activité physique, et ce, d’une façon qui a un sens pour lui.

Commentez les initiatives prises par Laura Morrison et ses collègues au cégep John Abbott.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*