Profweb

Accueil » Publications » Récits » La place d’un portfolio électronique dans une démarche d'apprentissage

Publications

Récits

Publié le 6 juin 2005 | Sciences humaines

La place d’un portfolio électronique dans une démarche d'apprentissage

Ginette BOUSQUET, enseignante au collège de Sherbrooke n’en est pas à sa première expérience d’utilisation d’un portfolio. Depuis plus de trois ans, elle l’intègre dans le cadre du cours « Démarche d’intégration des acquis en Sciences humaines ». Plus récemment, elle a introduit le support électronique au portfolio. Ce récit présente concrètement ce qu’il en est et comment elle l’utilise…Propos recueillis par Françoise Marceau.

Bonjour Ginette. Une visite dans les actes du colloque 2004 de l’AQPC m’a permis de découvrir le résumé de ta présentation sur l’utilisation du portfolio électronique. Peux-tu définir brièvement de quoi il s’agit?

Le portfolio électronique est un support informatique qui permet à l’étudiant de conserver les différentes réalisations faites au cours des sessions collégiales. La plupart des travaux que les étudiants ont à faire se font à l’aide de Word, Excel ou PowerPoint. L’utilisation du portfolio amène l’étudiant à réfléchir sur ses pratiques d’apprenant parce qu’il a à justifier chaque réalisation déposée. Le support électronique comparativement au support papier permet une économie d’espace et de papier. Il m’apparaît plus facile à manipuler. Il a aussi l’avantage d’introduire l’utilisation des TIC sur une base plus formelle autant de la part des professeurs que des étudiants.

Concrètement, comment l’avez-vous utilisé en Sciences humaines?

Jusqu’à présent (session hiver 2005), il a été utilisé et évalué dans le cours de « Démarche d’intégration des acquis ». L’étudiant complétait seulement la section bilan. Je dois ajouter ici que le portfolio tel qu’il a été conçu comporte une section apprentissage (portfolio d’apprentissage) et une section bilan (portfolio bilan). À l’automne 2005, il est prévu de le présenter à chaque groupe de première session et d’inviter chaque étudiant à débuter la section des apprentissages. Au Cégep de Sherbrooke, tous les étudiants de première année ont un accès laboratoire à l’automne et à l’hiver à l’intérieur du cours d’ « Économie globale » et de « Méthodes quantitatives ». Donc, les professeurs de ces cours pourront servir de personnes-ressources (dans le cas où l’étudiant a des difficultés avec l’aspect électronique) tout comme je serai disponible à aider les étudiants comme responsable à l’encadrement.

Es-tu la seule à utiliser cet outil pédagogique ou est-il intégré au sein de l’équipe programme?

Depuis l’hiver 2005, il y a trois autres professeurs qui ont utilisé le portfolio électronique dans le cadre du cours de « Démarche d’intégration ». Ces professeurs sont satisfaits des résultats obtenus. Comme je l’ai mentionné précédemment, le portfolio électronique devrait être intégré d’ici quelques sessions au sein du programme.

En fonction des tes expériences, est-ce que les élèves trouvent cela utile?

Oui, énormément. Je dirais principalement pour les étudiants qui se dirigent dans le milieu de l’éducation. Ils ont à l’intérieur de leur programme universitaire à construire un portfolio.

Comment résumerais-tu les principales difficultés rencontrées?

Les principales difficultés rencontrées sont de deux natures : le manque de ressources informatiques (l’accès à des graveurs) et l’introduction d’un nouvel outil informatique chez les professeurs (cela amène des changements dans les pratiques).

Je réalise que dans ton (votre) cas, le portfolio est axé sur l’apprentissage. Y a-t-il d’autres utilisations du portfolio?

Il n’est pas juste axé sur l’apprentissage car il comporte aussi une section bilan. J’ai même inséré une section sur la démarche d’orientation construite par deux conseillères d’orientation. Comme les étudiants de Sciences humaines sont au préuniversitaire, leur choix de carrière n’est pas nécessairement bien défini lorsqu’ils s’inscrivent au cégep dans ce programme. Cette démarche est volontaire et peut aider l’étudiant au moment où il en ressent le besoin.

Quelles leçons donnerais-tu à un prof qui veut intégrer le portfolio dans sa pratique?

Cela dépend de plusieurs aspects. Est-il seul ou en équipe-programme? Le portfolio est-il destiné à un seul cours ou à un programme? Quel but vise-t-il? Il y a plusieurs types de portfolio. Je conseillerais à ce professeur de mettre d’abord par écrit ce qu’il cherche, comment il voit le portfolio, de s’en faire une image assez bien détaillée avant de commencer à le mettre sur support électronique. J’irais même jusqu’à lui suggérer de lire sur le concept de portfolio. Cela lui permettrait d’avoir une bonne idée de l’outil et de ses différentes implications dans sa pratique. En échangeant avec plusieurs professeurs d’autres programmes, je me suis rendue compte que chacun a une version de ce que peut être un portfolio. C’est doublement important d’échanger sur la version de chacun lorsqu’un prof (ou une équipe de profs) veut le travailler en programme.

Pourrais-tu nous indiquer quelques documents de référence?

  • Lien vers un document pdf produit par la direction des ressources didactiques.
  • Goupil, G. (1998). Portfolios et dossiers d’apprentissage. Montréal : Éditions Chenelière/McGraw-Hill.
  • Lévesque, M. et Boisvert, E. (2001). Portfolio et formation à l’enseignement. Montréal : Les Éditions Logiques.
  • Dore, L., Michaud, N. et Mukarugagi, L. (2002). Le portfolio, évaluer pour apprendre. Montréal : Chenelière.
  • Robin, G. (1992). Guide en reconnaissance des acquis : plus qu'un c.v., un "portfolio" de ses apprentissages. Ottawa : Éditions Vermette (1ère éd. 1984).
  • Farr, R. et Tone, B. (1998). Le portfolio : au service de l’apprentissage et de l’évaluation. Montréal : Chenelière/McGraw-Hill (trad. par P. Jalbert).

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*