Profweb

Accueil » Publications » Récits » Inciter les étudiants à afficher leurs idées dans un réseau social pour s’engager positivement

Publications

Récits

Publié le 22 février 2009 | Humanities

Inciter les étudiants à afficher leurs idées dans un réseau social pour s’engager positivement

Avec l'avènement du Web 2.0, le réseautage social prend place sur le web. De plus en plus d'adeptes présentent leur profil à la recherche de nouveaux ou d'anciens amis ou affichent leurs idées dans un blogue qui peut avoir une saveur de polémique. Cet engouement pour le réseautage social et le partage d'idées commence à s'immiscer dans l'esprit des pédagogues, qui y trouvent un intérêt pour motiver leurs étudiants à discuter de sujets diversifiés.

Gabriel Flacks, enseignant au collège Champlain, a créé le groupe de réseautage social NewsActivist. Bien que son expérimentation se situe dans le cadre d'une activité parascolaire, son caractère novateur et transférable à plusieurs autres contextes pédagogiques nous incite à vous la présenter. Cela vous donnera peut-être le goût de vous lancer dans une aventure de réseautage social avec vos étudiants ou les membres de votre communauté.

Qu'est-ce qu'un groupe de réseautage social ?

Dans un groupe social, chaque étudiant est invité à s'inscrire, à créer son profil et à naviguer dans le site pour identifier des « amis » qui partagent les mêmes intérêts que lui. Il peut afficher ses opinions dans un blogue, commenter ceux des autres et participer à des groupes de travail à l'aide d'outils collaboratifs mis à sa disposition (forum, page collaborative, partage de fichiers ou de signets, messagerie, clavardage, etc.). Selon les plateformes, ces outils varient, mais on retrouve toujours le profil, le forum et le blogue tels que disponibles dans la plateforme Ning utilisée.

Au niveau pédagogique

Le projet NewsActivist encourage les étudiants à discuter de problématiques sociales, de manière à inciter un engagement positif et à augmenter leur motivation. En s'impliquant, les étudiants font des apprentissages relatifs à leur communauté et au monde et apprennent, plus particulièrement, à cerner leurs motivations personnelles.

Chaque enseignant peut orienter le projet en fonction des objectifs ou des compétences visées. Par exemple, un enseignant dans un cours d'anglais pourrait orienter les travaux en fonction de ses exigences en écriture. Dans un programme de Techniques de multimédia, la plateforme pourrait être utilisée pour développer des habiletés d'écriture médiatique.

Comme enseignant, mon but est d'inciter mes étudiants à lire activement les nouvelles et à y répondre en fonction de leur vision personnelle. Comme première expérience, j'ai utilisé cet outil dans le cadre d'une activité parascolaire en créant un club de jeunes désirant s'engager dans des actions pour améliorer le monde.

Comme le démontre la page d'accueil publique du site, plusieurs étudiants se sont inscrits et ont échangé autour de nouvelles concernant différentes thématiques. J'ai utilisé le forum pour répondre à certaines questions et les messages à tous pour décrire les activités du groupe.

Site web de The NewsActivist

(Vous pouvez utiliser le nom d'usager «newsactivist.visitor@gmail.com» et le mot de passe «newsactivist» pour visiter le site.)

Voici concrètement les étapes de ma démarche :

  • À la suite de son inscription, chaque étudiant créer son blogue et y inscrit des problèmes mondiaux méritant d'être résolus et qui sont abordés dans les journaux récents. Chaque billet du blogue est décrit par des mots-clés pour faciliter le repérage par la suite. Comme il n'est pas évident de choisir un descripteur, je suggère une liste de thèmes (voir Issues dans la colonne de gauche du site).
  • Dans la deuxième phase, les étudiants choisissent la problématique qui les intéresse et continuent d'inscrire des billets dans leur blogue en lien avec cette dernière en cherchant des solutions ou en posant des questions aux membres du groupe.
  • Dans la troisième phase, les étudiants partent à la recherche d'organisations non-gouvernementales (ONG) qui travaillent à résoudre pacifiquement la problématique choisie, contactent ces organisations et s'engagent activement dans la résolution du problème.

Idéalement, les enseignants et les étudiants impliqués dans la communauté virtuelle découvrent les problématiques abordées et les solutions envisagées et y ajoutent des commentaires et des suggestions.

Page d'accueil de The NewsActivist

Pour aller plus loin…

L'implication des étudiants était si grande qu'un nouveau réseau social a été créé pour discuter avec d'autres enseignants qui désirent utiliser cette stratégie dans un contexte pédagogique. Chacun est appelé à partager des ressources et des idées. J'ose espérer qu'ils y communiqueront leurs expériences et discuteront des possibilités d'utilisation d'une plateforme de réseautage social.

Je planifie également offrir un cours complémentaire orienté vers la troisième phase de la démarche. Les étudiants seraient invités à décrire le travail effectué avec l'ONG qu'ils ont choisi et à établir des liens entre les éléments locaux, nationaux et internationaux traités.

J'aimerais également pouvoir relier diverses communautés d'intérêt qui seraient mises en place dans différents cours pour favoriser les échanges multidisciplinaires.

Bien des projets n'est-ce-pas? Mais qu'en est-il dans les collèges francophones? Existe-t-il des expériences de réseautage social qui fonctionnent? Cette stratégie vous semble-t-elle porteuse d'activités pédagogiques signifiantes? Existe-t-il des outils appropriés dans lesquels la publicité est absente? Répondez-nous au bénéfice de toute la communauté.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*