Profweb

Accueil » Publications » Récits » ClassCraft et ma quête pour l’implication des étudiants

Publications

Récits

Publié le 16 novembre 2015 | Multidisciplinaire

ClassCraft et ma quête pour l’implication des étudiants

En tant qu’enseignante, j’aime me tenir à jour dans le domaine des technologies. Depuis quelque temps, j’avais envie d’intégrer la ludification des apprentissages à mes cours d’anglais langue seconde. Même si je ne suis pas moi-même une fanatique de jeux vidéo, j’ai habité avec des joueurs réguliers, ce qui m’a permis de me familiariser avec l’environnement des jeux de rôle massivement multi-joueurs en ligne (MMROPG). Comme beaucoup d’enseignants, je rêve de voir mes étudiants aussi attirés, intéressés et stimulés que moi par le contenu de mon cours. Malheureusement, la plupart des jeux que j’ai tenté d’intégrer dans ma planification ne répondait pas à mes besoins ou s’adaptait difficilement à mon cours d’anglais langue seconde. Puis, j’ai découvert ClassCraft!

ClassCraft a été créé par un enseignant du Québec (un produit local : cela mérite un point de Santé boni!) et s’inspire des MMROPG, dans lesquels les joueurs doivent combiner leurs talents dans un monde fantastique pour mener à bien différentes quêtes. Dans ce type de jeu, les joueurs doivent confronter leurs ennemis et coopérer en temps réel dans un environnement en ligne. Dans le cas de ClassCraft, les étudiants doivent concevoir leur propre personnage en choisissant un avatar parmi différents choix tels que des guérisseurs, des mages ou des guerriers.

Afin de capter l’attention de mes étudiants avant d’intégrer le jeu, je leur ai demandé de se choisir un avatar en leur promettant de clarifier son utilité dans le cours suivant. Pour mon groupe, je me suis assurée que chaque triade était composée d’un mage, d’un guerrier et d’un guérisseur.

Chaque type de personnage a des forces et des faiblesses qui contribuent au succès ou à l’échec de l’équipe lors de la quête. Rapidement, les étudiants ont compris l’importance de l’entraide lors des quêtes, puisque la perte de points de Santé (HP) ou d’Expérience (XP) dans le jeu, notamment par la remise d’un travail en retard, affecte réellement leur note dans le cours.

Exemple d'avatar avec ses statistiques (HP, AP, XP, GP). Norm Spatz, level 1 guérisseur.

Un exemple d'avatar

L’impact de ClassCraft sur la planification

ClassCraft n’a pas distrait les étudiants de mon cours ou de la matière. Ma planification n’a été que très peu affectée, puisque la gestion du jeu ne requiert que 5 minutes par cours. J’ai facilement pu enregistrer mes classes et adapter les règles du jeu à mes besoins. Tous les travaux ont été ajoutés comme des quêtes dans ClassCraft, mais je suis déçue de ne pas avoir eu le temps de développer des quêtes plus créatives dans mon cours. Par ailleurs, je n’ai pas exploré tout le potentiel de possibilités du jeu, puisqu’en optant pour la version gratuite, je n’avais accès qu’à un nombre limité de fonctionnalités. Néanmoins, les étudiants ont particulièrement apprécié la quête qui leur était assignée au hasard au début de chaque cours ainsi que le fait de pouvoir accéder aux quêtes (travaux) à partir de leur appareil mobile. ClassCraft offre également des outils analytiques qui permettent aux enseignants de suivre l’évolution des étudiants sur la plateforme.

Écran d'accueil de l'enseignant et des outils disponibles

Les outils de l’enseignant

Exemple de tâche intégrée à une quête ainsi que les récompenses associés

Un exemple de tâche intégrée dans une quête

À la fin de l’expérience, j’ai demandé à mes étudiants ce qu’ils avaient pensé de ClassCraft. Un étudiant a affirmé sans hésitation que tous les enseignants devraient l’utiliser ! Même les étudiants qui étaient, à priori, peu enclins aux jeux vidéo ont apprécié leur expérience, en particulier l’aspect collaboratif du jeu et la compétition amicale qui s’est installée entre les triades. Puisque nous utilisions la version gratuite de ClassCraft, mes étudiants n’avaient pas accès à certaines des fonctionnalités les plus intéressantes du jeu. Plusieurs ont affirmé qu’ils seraient prêts à payer les 5 dollars requis pour l’abonnement premium afin d’y avoir accès.

Pour les enseignants qui voudraient faire l’essai de ClassCraft

L’un des désavantages de ClassCraft est qu’il diminue l’interaction de l’enseignant avec ses étudiants, puisqu’ils peuvent télécharger l’application sur leur appareil mobile et travailler directement à partir de leur téléphone ou tablette. Une fois les quêtes créées, on ne peut pas vraiment voir les étudiants travailler. Par contre, leur enthousiasme se reflète à travers leur assuidité au travail, sans parler du fait qu’ils tendent à respecter davantage les échéances de remise des travaux.

Je recommanderais aux enseignants qui veulent faire l’essai de ClassCraft de commencer par explorer le site web. On peut y créer un compte gratuit. Il offre de la documentation détaillée (en format PDF et prêt à télécharger) pour vous aider à vous familiariser avec des notions du jeu telles que les types de points et la différence entre un mage et un guérisseur. La compagnie possède aussi une page Facebook. Vous pouvez également télécharger l’application mobile si vous le désirez. La vidéo suivante est un bon départ pour vous familiariser avec le tout!

Video promotionnel de ClassCraft

L’expérience ClassCraft peut être un peu intimidante si vous n’êtes pas vous-même féru de jeux vidéo. Heureusement, il existe des ambassadeurs ClassCraft qui partagent leur utilisation de cette technologie dans leur classe. Ma première expérience d’utilisation de ClassCraft a été très positive. Je prévois l’utiliser à nouveau, mais j’aimerais passer plus de temps à relire les instructions et à mémoriser les règlements afin d’utiliser cet outil à son plein potentiel. De plus, je veux m’assurer de vraiment comprendre la différence entre les XP et les HP!

On s’attend généralement à ce que les enseignants respectent un certain décorum et qu’ils soient sérieux. ClassCraft vient brouiller la limite entre l’éducation et le divertissement. J’aimerais beaucoup entendre d’autres enseignants s’exprimer sur le fait de laisser les étudiants s’amuser dans des cours de niveau collégial. Je vous invite à laisser vos commentaires ci-dessous et à me faire connaître votre opinion!

À propos de l'auteure

Lisa Deguire enseigne au Cégep de Jonquière depuis près de 20 ans. Avant cette expérience, elle œuvrait dans le secteur privé en design d’environnement d’apprentissage pour des clients corporatifs. Elle est membre de l’AQPC et de la SPEAQ. Passionnée par la technopédagogie, elle a participé à des projets d’enseignement virtuel en tandem et a contribué à de nombreux récits sur Profweb entre 2010 et 2014.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*