Profweb

Accueil » Publications » Articles » Sursum corda!

Publications

Articles

Publié le 30 mars 2009

Sursum corda!

Il est d’importance capitale que tous les étudiants, quelle que soit l’orientation de leurs études, visent à acquérir une véritable culture, c’est-à-dire s’y adonnent comme à un travail de l’esprit, qui requiert réflexion, observation, imagination et raisonnement. Cette attitude, chaque étudiant doit l’entretenir et la fortifier tout au long de son temps d’étude; il comprendra mieux ensuite que son travail professionnel et toute sa vie d’adulte sont la continuation de cette poursuite de la culture et de l’humanisme.

(Rapport Parent, 1963, vol. 5, §734)

Logo du bulletin Correspondance

Cette citation du célèbre rapport Parent, qui fut à l’origine de l’école québécoise moderne, montre assez sous quels auspices les cégeps ont vu le jour et, en ce qui concerne plus spécialement l’enseignement du français, dans quelle perspective la discipline s’est constituée au sein du réseau. Il faut parfois sortir les documents officiels des bibliothèques, ne serait-ce que pour savourer, le temps d’une rêverie, les passages où cohabitent des expressions comme véritable culture et importance capitale.

Mais oui, l’idéal humaniste doit présider à la formation du citoyen, c’est écrit en toutes lettres dans un texte fondateur de notre système d’enseignement. On ne peut ignorer que la réalité de la salle de classe inspire souvent des réflexions moins optimistes, comme en témoigne (dans un autre contexte que le nôtre) le roman Entre les murs, sujet du Test de lecture de Julie Roberge; l’espace d’un instant, songeons néanmoins que tout professeur de français porté par la grandeur de cet idéal dispose de documents historiques pour appuyer les principes auxquels il croit, ce qui n’est pas rien. Que l’institution du cégep ait vu neiger depuis sa fondation, que l’enthousiasme des débuts se soit empreint d’un certain pragmatisme au fil des réformes, cela ne fait aucun doute. Aussi est-il utile de poser un regard critique sur le passé, afin de prendre connaissance des orientations qui se sont succédé depuis 40 ans et, par le fait même, de comprendre le sens des approches pédagogiques actuelles. C’est dans cet esprit que Max Roy, professeur au Département d’études littéraires à l’UQAM, nous propose un historique de l’enseignement de la littérature au Québec à l’ordre collégial. L’article qu’il signe dans le présent numéro porte sur le cours classique.

Couverture du roman Entre les murs

Observer le passé pour mieux comprendre le présent : c’est aussi ce que proposent, d’un point de vue linguistique, nos chroniques sur la grammaire (Sophie Piron, UQAM) et sur l’étymologie (Gaétan Saint-Pierre, collège Ahuntsic). Et pour montrer que l’intérêt porté à la culture est tout de même bien vivant, Jacques Lecavalier (collège de Valleyfield) et Suzanne Richard (commission scolaire de la Rivière-du-Nord et AQPF) rendent compte d’une démarche d’enseignement de la littérature qui donne à l’élève l’entière responsabilité de ses apprentissages, tandis que Robert Claing (collège Ahuntsic) présente le projet Stratégies d’écriture dans les cours de la formation spécifique, destiné à promouvoir la qualité du français dans l’ensemble des disciplines du collégial.

Nous vous invitons également à lire le billet de Jean-Pierre Dufresne, responsable de l’amélioration du français, qui  nous révèle entre autres les résultats d’un sondage sur le nom du CCDMD. Enfin, nous laisserons comme toujours le dernier mot à Louise Guénette (OQLF), qui, cette fois, nous entretient de deux termes à la mode dans les programmes d’étude : syllabus et portfolio.

Vous avez des commentaires, des questions sur le contenu des articles? Vous souhaiteriez que Correspondance traite d’un thème qui vous tient à coeur? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*