Profweb

Accueil » Publications » Articles » Retour sur le colloque de la CIRTA 2017: ouvrir les murs de la classe avec le numérique

Publications

Articles

Publié le 25 octobre 2017 | Multidisciplinaire

Retour sur le colloque de la CIRTA 2017: ouvrir les murs de la classe avec le numérique

Les 10 et 11 octobre 2017 avait lieu à Montréal le colloque annuel de la Communauté pour l’Innovation et la Recherche sur les Technologies dans l’enseignement/Apprentissage (CIRTA). La thématique : « Ouvrir les murs de la classe sur le monde avec le numérique ». Dans cette perspective, les conférenciers étaient en présentiel ou à distance. Qu’ils soient chercheurs, étudiants, intervenants en éducation ou professionnels, tous avaient de belles réflexions relativement au numérique pour soutenir les apprentissages.

Faits saillants des conférences

Activité d’ouverture

L’activité d’ouverture du colloque invitait les participants à interagir avec les 4 panélistes venus présenter et discuter des « possibilités du numérique pour ouvrir les murs de la classe sur le monde ». Les thèmes abordés étaient :

  • La télécollaboration Québec-Guadeloupe
  • La classe intelligente
  • La réalité virtuelle
  • La cocréation avec le numérique

Pour Thomas Forissier, maître de conférences en Didactique des Sciences à l’Université des Antilles, le numérique a permis la télécollaboration entre élèves de contextes sociologiques différents (Québec-Guadeloupe). Par ses expérimentations, il a découvert, à travers les représentations de l’autre, que la conception scientifique des apprenants sur des éléments de leur quotidien est directement liée à leur contexte écologique et géographique. Voici des exemples qu’il a partagés, dans lesquels les élèves devaient dessiner leur conception de l’hiver et d’un arbre.

Dessins d’élèves du Québec et de la Guadeloupe démontrant leur conception de l’hiver (gauche) et d’un arbre (droite).

Pierre-Julien Guay, coordonnateur de la Vitrine technologie-éducation, a présenté des pistes pour développer la classe intelligente (dont la réalité virtuelle) et a mis en valeur des stratégies d’apprentissage. Il met aussi en valeur les mots «  collaboration ouverte  » et «  apprentissage interdisciplinaire  ». Une combinaison gagnante pour l’étudiant dans son processus d’acquisition de connaissances.

Benoit Petit, conseiller pédagogique à la commission scolaire de Saint-Hyacinthe et membre du RÉCIT, a présenté un survol sur le potentiel du numérique au service de l’apprentissage, plus particulièrement avec la réalité virtuelle (RV) et la réalité augmentée en classe. ll a offert un tour d’horizon des bases de la RV et des applications disponibles pour la création et la consultation de contenus. Il a également présenté des exemples du RÉCIT où des projets avec cette technologie ont été expérimentés en classe, dans diverses matières. Ces exemples pourraient peut-être vous inspirer ? Voyez sa présentation complète.

Image tirée de la présentation de Benoit Petit sur une expérience RV en Univers social (Steve Quirion, Maude Labonté et Claudie Vanasse).

Margarida Romero, professeure-chercheuse à l’Université Laval, est venue nous parler du projet #CoCreaTIC. Ce projet porte sur les usages co-créatifs des TIC en éducation. Ils visent le développement des compétences du 21e siècle par des activités techno-créatives dès le primaire. Applicable à tous les niveaux scolaires, ce projet valorise le développement des valeurs humanistes par une éducation cocréative, ludique, engageante et inclusive.

Concepts reliés à la co-création numérique et aux compétences du 21e siècle source).

Apprentissage et numérique : des approches transférables au collégial

Une fois l’activité d’ouverture et la période de questions terminées, nous étions invités à choisir parmi plusieurs conférences. Je vous partage mes impressions sur mes 3 ateliers coups de coeur.

Apprendre à programmer avec Scratch

Fabienne Venant, professeure de mathématiques à l’UQAM, a témoigné de l’utilisation de Scratch, un outil de programmation interactif. Celui-ci a attiré son attention pour les mathématiques, puisqu’il permet de coder sans devoir maîtriser un langage de programmation. Elle s’en sert donc pour jumeler les raisonnements algorithmiques et mathématiques. Selon elle, la beauté de l’outil est qu’il permet de partager son projet sur Scratch, en plus de pouvoir suivre les «  scratchers  » (qu’on pourrait comparer à une communauté de pratique).

Depuis l’utilisation de Scratch, la qualité des projets de session est très intéressante :

  • Il y a une plus grande prise en compte de l’utilisateur et de l’interface.
  • L’approche est plus structurée, par étapes.
  • Les projets sont plus aboutis visuellement et plus ludiques.

Fabienne est cependant déçue de voir qu’après la remise des travaux, les étudiants délaissent Scratch. Cela a piqué ma curiosité; j’aimerais comprendre pourquoi.

Développer ses compétences professionnelles avec les TIC

Jacques Cool, directeur chez CADRE21 (pour Centre d’animation, de développement et de recherche en éducation pour le 21e siècle) est venu nous parler de leur mission envers le développement professionnel, reconnu et valorisé, des enseignants des niveaux primaire, secondaire et collégial. Le Centre propose de l’accompagnement pédagogique et de la formation continue en ligne avec un système de reconnaissance par des badges numériques (conformes aux normes Open Badges de la fondation Mozilla).

4 niveaux de certification, « Innovateur » étant le niveau expert.

3 grandes familles de compétences du CADRE21.

Si le Réseau des répondants TIC encourage le développement des habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial, CADRE21 offre l’opportunité aux enseignants de perfectionner leurs compétences TIC. Cette complémentarité est intéressante, puisque les acteurs de l’éducation pourront à leur tour offrir un meilleur encadrement des étudiants dans le développement de leurs habiletés TIC.

Évaluation des connaissances: faisons-nous bon usage des examens à choix multiples?

Isabelle Lepage, étudiante à la maîtrise en didactique de l’UQAM, a fait ressortir quelques problématiques observées lorsque seule cette méthode d’évaluation est utilisée dans un cours :

  • Engagement cognitif faible
  • Peu de rétroaction, apprentissage de surface : «  je mémorise, j’ai une bonne note, mais je n’ai rien compris  »
  • Important taux d’abandon
  • Impact sur le plan affectif de l’apprenant (découragement, injustice)
  • Hausse du niveau de stress et d’anxiété
  • Taux d’absentéisme élevé

Une solution potentielle : la e-évaluation dynamique pour de la rétroaction instantanée. Elle a utilisé Moodle, puisqu’il est possible de générer différentes méthodes d’évaluation. C’est plus long pour l’enseignant, au début, de bâtir les évaluations, mais celles-ci se corrigent automatiquement par la suite. Isabelle constate une grande différence au niveau de l’acquisition des connaissances, lorsque les révisions de chapitres se font avec cette méthode. Parmi les avantages :

  • Apprentissage en profondeur
  • Autorégulation
  • Permet le découpage en chapitres
  • Élimine les périodes reliées à la révision
  • Possibilité de reprendre les tests
  • Permet de toucher le plan affectif par du renforcement positif

Clôture du colloque : cocktail et lancement

Le colloque s’est clôturé le lancement du livre Usages créatifs du numérique pour l’apprentissage du XXIe siècle. Cet ouvrage collectif s’adresse aux différents acteurs de l’éducation du 21e siècle. La 1ère partie démystifie le concept l’éducation cocréative. Des exemples d’activités sont présentés en 2e partie, notamment l’apprentissage par le jeu, la robotique pédagogique et la construction de maquettes intelligentes.

Page couverture de l’ouvrage

En conclusion, je salue le travail du comité organisateur. D’abord, le lieu favorisait les échanges entre les participants et les présentateurs. Ensuite, l’usage d’une application mobile, qui donnait accès à la programmation et aux mises à jour en temps réel, a été grandement apprécié.

Utilisez-vous le numérique pour approfondir les apprentissages de vos étudiants? Si oui, contactez-nous, votre expérience pédagogique nous intéresse!

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*