Profweb

Accueil » Publications » Articles » Réalité virtuelle et réalité augmentée : quelle est la différence, et comment les exploiter au collégial?

Publications

Articles

Publié le 28 mars 2019 | Multidisciplinaire

Réalité virtuelle et réalité augmentée : quelle est la différence, et comment les exploiter au collégial?

On entend beaucoup parler de la réalité virtuelle, particulièrement dans le domaine vidéoludique. Qu’en est-il cependant du monde de l’éducation?

Profweb a publié un texte sur les possibilités pédagogiques de la réalité virtuelle au collégial en septembre 2018. Dans cet article, je vous propose d’aborder les différences entre la réalité virtuelle et la réalité augmentée, des termes souvent utilisés de manière interchangeable, puis d’explorer quelques idées pour exploiter cette technologie au collégial, à faible coût et à partir d’applications gratuites.

Réalité virtuelle

La réalité virtuelle plonge l’étudiant dans un environnement complètement fictif, avec lequel il peut interagir ou non. Ceci est notamment rendu possible grâce à l’utilisation de casques ou lunettes à réalité virtuelle. Les mordus de jeux vidéo connaissent bien la PlayStation VR, l’Oculus Rift et le HTC Vive, mais il existe également des instruments comme le Google Cardboard, disponible à faible coût, qui permet aux enseignants de plonger leurs étudiants dans un monde éducatif virtuel, à l’aide simplement de leurs téléphones intelligents et d’une paire de lunettes en carton!

Un bon exemple de réalité virtuelle en éducation est une application comme Labster (qui offre des simulations payantes), un laboratoire entièrement fictif permettant de manipuler des instruments et d’effectuer des expériences de biologie et de chimie qui seraient impossibles à réaliser physiquement à cause des risques et des coûts engendrés. Cette application fonctionne avec le Google Daydream View ainsi que le Lenovo Mirage Solo avec Daydream et peut être intégrée dans un environnement numérique, comme Moodle.

Il existe également des applications gratuites pour expérimenter la réalité virtuelle en classe. Un bon exemple est Google Earth VR, fonctionnant avec le HTC Vive ou l’Oculus Rift et permettant d’explorer le monde entier dans le confort de la salle de classe!

L’application Google Earth VR permet de faire le tour du monde sans avoir à acheter un seul billet d’avion! (Source de l’image)

On peut également nommer Google Expéditions, qui fonctionne avec le Google Cardboard. Cette application, tout à fait gratuite, permet de réaliser diverses expéditions en faisant « vivre » les étudiants dans des environnements variés. La réalité virtuelle offre plusieurs autres possibilités, par exemple :

  • Visiter le corps humain
  • Découvrir la cellule
  • Visiter des musées
  • Et bien plus!

Une incursion à 360 degrés dans l'Antarctique. Maintenez votre curseur enfoncé pour manipuler la vidéo. (Source : 360° Antarctica - Unexpected Snow | National Geographic)

Il existe un bon nombre d’applications éducatives tout à fait gratuites pouvant aider les étudiants à mieux assimiler la matière ou à faire de nouvelles découvertes. Il existe aussi des applications qui permettent de filmer un environnement en 3D et de le revivre en réalité virtuelle. Par exemple, une enseignante en Technologie forestière veut faire visiter la Forêt d’enseignement et de recherche à ses étudiants. Malheureusement, les conditions météorologiques ne le permettent pas. L’enseignante a cependant été ingénieuse et a pris soin de prendre des photos en 360° de la station durant l’été grâce à l’application Cardboard Camera. Elle les partage donc avec ses étudiants pour que ceux-ci puissent visiter la Forêt en réalité virtuelle avec la visionneuse Google Cardboard.

Réalité augmentée

La réalité augmentée consiste en la superposition d’éléments virtuels au monde réel. Ainsi, contrairement à la réalité virtuelle, les étudiants ne se retrouveront pas dans un univers complètement immersif, mais observeront un monde réel enrichi par des éléments virtuels. L’application Pokémon Go en est un parfait exemple dans l'univers des jeux sur appareils mobiles. Dans le milieu professionnel, on peut également penser à Microsoft HoloLens, qui permet de générer des hologrammes.

Dans le monde de la pédagogie, Google Expéditions permet de placer des objets virtuels et éducatifs dans votre environnement et de les visualiser avec un appareil mobile. Cela peut résulter en des situations assez loufoques, mais il s’agit d’une bonne façon de permettre aux étudiants de visualiser rapidement et de façon ludique des éléments vus en classe.

La célèbre statue de Zeus rend une visite impromptue au Cégep de Rimouski.

Une cellule animale passe un séjour dans mon bureau.

La réalité augmentée pourrait s’avérer utile dans un contexte comme celui d'un enseignant en histoire qui souhaite montrer à ses étudiants des monuments aujourd'hui disparus, comme le Phare d’Alexandrie. Il décide donc de leur faire utiliser l’application Google Expéditions sur leur téléphone pour leur montrer ce monument historique en 3 dimensions grâce à la réalité augmentée.

En somme, la réalité virtuelle et la réalité augmentée sont des bonnes façons pour les étudiants d’apprendre tout en s’amusant. La visionneuse Google Cardboard, disponible à faible coût, permet de vivre cette expérience virtuelle, et peut être utilisée à des fins pédagogiques. Notons que même si l’utilisation de ces technologies constitue un parfait exemple d’apprentissage actif, il reste encore du chemin à faire pour bien les intégrer dans les salles de classe. Les études actuelles et l’avancement des technologies permettront sans doute de placer la réalité virtuelle et la réalité augmentée au premier plan de l’univers pédagogique au cours des prochaines années.

Pour aller plus loin

Voici quelques liens utiles concernant la réalité virtuelle et la réalité augmentée :

À propos de l'auteur

Keivan Farzaneh Il est conseiller pédagogique à la formation continue et aux services aux entreprises du Cégep de Rimouski. Après avoir œuvré à titre de soutien aux environnements numériques d'apprentissage au Centre de pédagogie universitaire de l'Université de Montréal et en tant que conseiller pédagogique TIC au Cégep de Baie-Comeau, Keivan a développé une véritable passion pour les technologies de l'information et de la communication et l'univers numérique en général. Ses champs d'intérêt sont vastes et incluent tout particulièrement la formation à distance, la pédagogie numérique et les sciences. Il est aussi mordu de plein air, de vélo et de kayak. Son plat préféré : les sushis (yum!)

2 commentaire(s)

  1. Pour afficher votre avatar dans vos commentaires utilisez le services Gravatar.
    Pour des explications techniques, consultez notre article « Afficher un avatar avec le service Gravatar ».

    C85afaaad9a45c376661a94cc28716eb

    Nicole Perreault a écrit le 2 avril 2019 à 13h33

    Bonjour Keivan, la distinction que tu fais entre réalité virtuelle et réalité augmentée est très claire : merci pour les explications. Les deux possèdent effectivement un potentiel pédagogique très inspirant. Je compte explorer les applis gratuites dans les prochains mois. Ton article met aussi en lumière la pertinence du recours au téléphone intelligent par les étudiants dans la classe, dans un contexte d'apprentissage... Un article intéressant au regard du débat que suscite la présence du cellulaire dans la classe...

  2. L’auteur vous répond

    Pour afficher votre avatar dans vos commentaires utilisez le services Gravatar.
    Pour des explications techniques, consultez notre article « Afficher un avatar avec le service Gravatar ».

    12814bc0fa9e27b073643ceab158dc22

    Keivan Farzaneh a écrit le 2 avril 2019 à 15h28

    Bonjour Nicole, merci pour ce commentaire. La réalité virtuelle et la réalité augmentée offrent en effet un immense potentiel pour l'enseignement collégial, tant au niveau régulier qu'à la formation continue. Je pense notamment aux sciences fondamentales et appliquées, mais aussi à l'administration et la gestion, pour ne nommer que quelques domaines. Selon moi, la principale difficulté réside dans le fait qu'il faille trouver des développeurs chevronnés pour créer des applications « sur mesure » qui répondent aux besoins du milieu éducatif et de l'industrie.

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*