Profweb

Accueil » Publications » Articles » Partage de pratiques autour de la gouvernance du numérique : le Cégep de La Pocatière reçoit les partenaires européens du Projet ANGE

Publications

Articles

Publié le 3 mai 2018 | Multidisciplinaire

Partage de pratiques autour de la gouvernance du numérique : le Cégep de La Pocatière reçoit les partenaires européens du Projet ANGE

Du 9 au 13 avril 2018, le Cégep de La Pocatière a été l’hôte d’un laboratoire d’idées (think tank) auquel ont participé 17 représentants provenant de 7 établissements européens. Depuis 2017, le Cégep fait partie du projet ANGE (pour « Ancrage numérique dans la gouvernance des établissements d’enseignement »). Ce projet de recherche-action paneuropéen vise à « accompagner les établissements dans les changements liés aux technologies numériques et à la modernisation des systèmes éducatifs ».

Reconnu pour la qualité et le caractère innovant de ses projets pédagogiques intégrant les TIC, le Cégep de La Pocatière s’est joint aux autres partenaires pour partager son expertise en gouvernance des usages du numérique dans l'enseignement. Au Cégep, ce projet mobilise plusieurs enseignants et est coordonné par Michèle Desrochers, conseillère pédagogique en développement et à l’international.

Les partenaires du projet ANGE entourant la ministre Hélène David, de passage au Cégep de La Pocatière le 9 avril 2018. (Source)

Pendant la semaine, les partenaires européens ont pu découvrir des exemples de collaboration en réseau pour soutenir l’intégration du numérique au collégial. Ils ont également exploré de nombreux usages numériques dans les activités d’enseignement et d’apprentissage offerts au Cégep de La Pocatière, à travers la question de la gouvernance.

Je vous présente le compte rendu de quelques-unes de ces activités.

Deux exemples de collaboration en réseau

Panel des partenaires TIC du réseau collégial

Quatre organismes TIC du réseau collégial ont été conviés à participer à un panel de discussion sur la gouvernance du numérique :

La discussion était animée par Martin Bérubé, conseiller pédagogique au Cégep de La Pocatière. Les échanges ont permis à l’auditoire de découvrir la richesse et la complémentarité des ressources et des services offerts dans le réseau collégial en soutien aux enseignants et aux chefs d’établissement dans l’intégration du numérique en enseignement supérieur. Devant les impératifs liés à l’accélération des technologies, les membres du panel estiment que les besoins en formation continue deviendront de plus en plus importants. Tous ont insisté sur l’importance, pour les établissements, de soutenir et de faciliter l’accès au perfectionnement des différents acteurs du réseau.

Le panel des partenaires TIC du réseau collégial. De gauche à droite : Hélène Martineau (APOP), Pierre-Julien Guay (Vitrine technologie-éducation), François Lizotte (DECclic), Caroline Villeneuve (Profweb) et Martin Bérubé (Cégep La Pocatière).

Présentation du regroupement FADIO

Les établissements d’enseignement des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont formé un regroupement interordres, le FADIO, destiné à partager les expertises et à développer des formations à distance de qualité. Ce regroupement a été créé pour répondre à plusieurs besoins, dont celui de rendre accessibles les formations offertes sur ce vaste territoire. Le Cégep de La Pocatière en fait partie, et c’est à ce titre qu’il a invité des intervenants des différents ordres d’enseignement à venir échanger au sujet du FADIO et de ses bénéfices pour leurs secteurs de formation respectifs.

Les représentants des différents niveaux d’enseignement dans le regroupement FADIO. De gauche à droite : Mireille Laflamme (conseillère pédagogique au Cégep de La Pocatière et animatrice), Mylène Simard (FADIO), Louise Bolduc (UQAR), Jérôme Forget (Cégep de Matane) et Christine Marquis (commission scolaire des Phares). Crédit photo : David Boutin (Source)

Le regroupement favorise le partage d’expertises et leur transférabilité entre les ordres d’enseignement et les établissements, ce qui évite de perdre du temps ou des ressources précieuses à répéter les mêmes étapes isolément. La collaboration entre les établissements permet également de fractionner le coût des infrastructures informatiques, voire de partager des salles aménagées pour le téléenseignement.

Les espaces virtuels du FADIO pour former et accompagner les intervenants pédagogiques en formation à distance.

Le FADIO ne développe pas de cours. Il accompagne et forme les intervenants pédagogiques, notamment sur les bonnes pratiques, la conception pédagogique, l’évaluation et l’encadrement des apprenants en formation à distance. À travers ses espaces virtuels, le FADIO s’assure de répondre aux besoins émanant du milieu, offrant des retombées positives pour les établissements.

Ateliers d’expérimentation d’usages numériques

Les partenaires européens ont également participé à des ateliers au choix présentés par des enseignants du Cégep de La Pocatière. Les activités offraient un large panorama des pratiques numériques mises en place, dans une variété de programmes, pour soutenir les étudiants et les enseignants :

  • Simulation en soins infirmiers (Louise Chenard)
  • Classe inversée dans un cours de physique (Jade Ghaoui)
  • Approche programme TIC en Techniques de comptabilité et de gestion (Julie Lévesque et Édith Morneau)
  • Portfolio numérique en Arts, lettres et communication (Lucie Saint-Pierre)
  • Facebook pour les discussions politiques et éthiques (Marc Lessard)
  • Suivi des stages à distance en audioprothèse (Daniel Bois)
  • Formation hybride en mathématiques (Mélanie Bérubé)
  • Plateformes d’enseignement synchrone en FAD (Mireille Laflamme)
  • Usages pédagogiques de l’infonuagique (Stéphane Deletre)
  • Usages numériques dans un cours d’analyse en laboratoire en santé animale (Carole Boissonneault)
  • Aides technologiques en services adaptés (Amélie Martin et Catherine Laroche)
  • Centre d’apprentissage en application pédagogique des TIC (CAPTIC) pour les enseignants (Jonathan Belisle et David Boutin)

J’ai pris part à 3 ateliers.

Les aides technologiques en services adaptés (Amélie Martin et Catherine Laroche)

L’activité a débuté par une visite des locaux des services adaptés. Premier arrêt : la salle d’examens, qui comprend 17 postes informatiques avec des logiciels spécialisés. Chaque ordinateur est paramétré à partir du poste de la technicienne, qui prend en charge la gestion des accès (à internet, aux logiciels spécialisés) pendant les examens, selon les indications fournies par les enseignants. En poursuivant notre chemin vers une salle contenant d’autres postes informatiques accessibles aux étudiants, nous avons rencontré Millow, un chien entraîné par Amélie pour la zoothérapie, en « service » quelques fois par semaine auprès des étudiants. Sa présence en milieu scolaire en a surpris plus d’un!

De retour dans la salle de conférence, Amélie et Catherine ont présenté des exemples d’aides technologiques pouvant être proposées aux étudiants (logiciel de synthèse vocale, crayon intelligent pour la prise de notes avec enregistrement audio, dictionnaires numériques, etc.). Plusieurs peuvent s’avérer tout aussi bénéfiques pour des étudiants sans diagnostic de handicap. Un participant en a fait la démonstration malgré lui : originaire de la Finlande et ne maîtrisant pas très bien le français, il utilisait une application sur son téléphone pour traduire simultanément le contenu des diapositives en finnois.

Catherine Laroche présentant des aides technologiques après la projection d’une vidéo montrant le cas d’un étudiant fictif.

Au-delà des outils présentés, l’approche inclusive dans l’éducation québécoise a particulièrement retenu l’attention des participants. Plusieurs ont évoqué des différences avec le système éducatif de leur pays par rapport à la perception et l’intégration des personnes handicapées en contexte scolaire.

Usages du numérique dans le cadre du cours Technique d’analyse en laboratoire en santé animale (Carole Boissonneault)

En arrivant dans une salle multifonction, nous avons compris que l’atelier miserait sur l’interactivité. Pendant plusieurs années, Carole a donné un cours au contenu très théorique, Technique d’analyse en laboratoire, de manière magistrale comme elle l’avait appris. Elle sentait que cette approche ne rejoignait pas très bien ses étudiants. Lors d’un cours de perfectionnement en pédagogie avec PERFORMA, elle a découvert différentes méthodes qui favorisent l’interactivité et un meilleur engagement des étudiants. En un été, elle a complètement modifié son cours pour y intégrer plusieurs activités numériques. Nous avons pu en expérimenter quelques-unes :

    • Sondages avec télévoteurs
    • Cartes mentales
    • Scénarios de jeux « dont vous êtes le héros » sur Moodle
    • Évaluations formatives sur Moodle

    Un exemple d’usage numérique dans le cours Technique d’analyse en laboratoire : une carte mentale à compléter par les étudiants pour identifier les principaux parasites.

    Ce virage pédagogique, ainsi que le temps et les efforts investis pour la planification des activités et le suivi des étudiants, a impressionné les participants. Ceux-ci, majoritairement des professeurs, ont posé plusieurs questions au sujet du perfectionnement professionnel des enseignants au Québec. Ils étaient étonnés d’apprendre que cette démarche peut être encouragée et payée par l’établissement d’enseignement, alors que ce n’est pas le cas dans leur institution respective. Le parcours de Carole montre bien la valeur ajoutée de cette formation, puisqu’elle a considérablement enrichi et diversifié sa pratique en intégrant le numérique dans son cours.

    Évaluer le raisonnement clinique et gérer des stages à distance en Techniques d’audioprothèse (Daniel Bois)

    Lors de ce dernier atelier, nous avons visité les différents locaux du programme d’audioprothèse. Aménagés sur 2 étages, ces espaces immersifs ont été conçus pour ressembler en tout point à une véritable clinique. D’ailleurs, une vraie réceptionniste nous accueille à l’entrée, puisque la clinique-école reçoit de vrais patients.

    La plupart des salles de tests et d’entrevue avec les patients sont dotées de caméras. Les interventions sont enregistrées et peuvent être visionnées dans la classe d’apprentissage actif au moment du débreffage.

    La salle d’apprentissage actif du programme d’audioprothèse

    Les étudiants ont accès la clinique-école 24 heures par jour, 7 jours sur 7 grâce à une carte magnétique. Cette décision est issue d’un désir de l’établissement de répondre aux besoins d’une population étudiante diversifiée, dont les réalités professionnelle et familiale ne cadrent plus avec les horaires proposés en semaine. Dans l’axe de la gouvernance, Daniel a présenté le bilan du projet d’aménagement des locaux et de l’infrastructure technologique, qu’il a piloté. Les partenaires européens y ont prêté une oreille attentive.

    Le Cégep de La Pocatière étant l’un des 5 établissements canadiens à offrir la formation d’audioprothèse, le suivi des stages à distance était une préoccupation importante du programme. Les enseignants ont utilisé Google Classroom pour faciliter la communication avec les stagiaires.

    Table ronde d’étudiants sur le BYOD

    Pour clore la rencontre des partenaires en sol québécois, le comité organisateur a planifié une table ronde virtuelle à laquelle ont participé des étudiants du Cégep de La Pocatière et de 2 établissements français : le lycée Paul Claudel d’Hulst et l’Institut catholique de Paris. Les étudiants ont partagé leur expérience et leur point de vue sur l’approche BYOD (Bring your own device ou AVAN - Apportez votre appareil numérique). Ils ont eu à se prononcer sur différentes questions, notamment :

    • Les infrastructures technologiques dans leur établissement respectif et l’utilisation du numérique par leurs enseignants
    • Les avantages dans l’utilisation du numérique à des fins d’apprentissage
    • Les barrières possibles à en place du numérique dans l’enseignement
    • La pertinence du BYOD et son déploiement futur

    Pour consulter leurs réponses plus en détail, je vous invite à consulter l’article « Que pensent les étudiants du BYOD? Retour sur une table ronde Québec-France ».

    Vous pouvez également suivre les prochaines étapes du projet ANGE sur la page Facebook Cégep de La Pocatière sans frontières.

    Remerciements

    Je tiens à remercier chaleureusement les enseignants pour leur disponibilité et la qualité de leurs présentations, ainsi que le comité organisateur pour son accueil et sa planification d’activités visant le partage et le rayonnement des pratiques numériques exemplaires. Enfin, un merci tout spécial à Martin Bérubé pour la confiance qu’il m’a témoignée en me confiant la rédaction de cet article!

    Le comité organisateur des activités pour le projet ANGE (de gauche à droite) : David Boutin, Martin Bérubé, Guylaine Lévesque, Michèle Desrochers, Jonathan Belisle, José Punde et François LeBlanc.  N'apparaît pas sur la photographie : Mireille Laflamme.

À propos de l'auteure

Andréanne Turgeon Elle est éditrice pour Profweb depuis 2014. Détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en histoire, elle a travaillé à la conception et à la supervision de cours à distance dans ce domaine. Son travail d’éditrice et sa participation à différents événements dans le réseau collégial lui permettent d’actualiser et d’enrichir constamment ses connaissances technopédagogiques. Elle aime mettre sa plume au service des enseignants pour partager leurs pratiques innovantes. Elle s’intéresse particulièrement aux approches et aux ressources pédagogiques qui soutiennent l’inclusion et la réussite.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*