Profweb

Accueil » Publications » Articles » Les logiciels sociaux : une occasion de collaborer et de persévérer à distance

Publications

Articles

Publié le 11 mai 2009

Les logiciels sociaux : une occasion de collaborer et de persévérer à distance

Connaissez-vous les logiciels sociaux? Si cela ne vous dit rien, pensez à Facebook ou à MySpace, que vous connaissez assurément! Au Cégep@distance, ce concept devient de plus en plus concret puisqu’une équipe travaille, depuis l’automne 2008, à mettre en place un environnement social d’apprentissage qui permettra aux étudiants de collaborer pour atteindre les compétences des cours Littérature québécoiseVision globale de l’entreprise et Communication anglaise, niveau 1.

Ce projet expérimental, réalisé avec la participation de l’Université de Montréal et financé par Inukshuk et PAREA, vise à favoriser la collaboration entre pairs et à stimuler une démarche d’apprentissage collaboratif. Un tel environnement, configuré grâce au logiciel de réseautage social ELGG, conservera la flexibilité de la formation à distance autonome et autorythmée du modèle du Cégep@distance tout en ajoutant les avantages de la collaboration et du soutien entre pairs.

Qu’offrira-t-on aux étudiants?

Ce nouvel environnement offrira aux étudiants diverses fonctionnalités telles que profils, communautés, blogues, étiquetage de fichiers et de ressources, partage de fichiers, aggrégateur de fils RSS, pages collaboratives, agenda d’événements, forum de discussion et salon de clavardage.

Tableau de bord d'un utilisateur

Il permettra également à tout utilisateur de produire des capsules vidéo, d’enregistrer des messages audio et de téléverser des images.

Mais aussi riche soit cet outil technologique, nous savons que sa disponibilité n’entraînera pas de facto son utilisation. Nous avons donc conçu et médiatisé des activités interactives qui susciteront chez les étudiants des besoins de partage et de collaboration pour un coapprentissage durable. Ces activités remplaceront celles offertes dans la version traditionnelle des cours afin que les étudiants n’aient pas une charge additionnelle de travail. D’autres activités d’accueil ainsi que des capsules techniques permettront aux étudiants de s’approprier la plateforme et de socialiser.

Une expérimentation

En août prochain commencera la mise à l’essai auprès des étudiants qui se seront inscrits à l’option collaborative des trois cours. Outre cette première mise à l’essai, deux autres sont prévues dans le cadre de la recherche qui se poursuivra jusqu’en 2011. Au cours de ces années, nous modifierons au besoin l’environnement ainsi que le matériel pédagogique.

Des défis?

Dans ce projet, les défis ne manquent pas :

  • Il y a d’abord les défis technologiques puisque la plateforme ELGG est un logiciel dit à «code ouvert». Il est disponible gratuitement dans une version de base et chaque organisme qui l’utilise le structure selon ses besoins tout en rendant accessibles à la «communauté ELGG» les codes qu’il a créés. Ce qui veut dire que son installation n’est jamais finale, qu’il y a toujours des améliorations à tester, des choix et des ajustements à faire.
  • Le projet comporte également des enjeux humains et pédagogiques. La conception d’activités dans un environnement «mouvant» pose en effet un certain nombre de questions. La première étant de savoir jusqu’où peut-on développer des activités si nous ne savons pas quelles fonctionnalités nous pourrons utiliser? L’autre questionnement touche les concepteurs-tuteurs, habitués pour la plupart à intervenir en classe : quelle formation et quel accompagnement doit-on leur offrir pour faciliter leur travail?

Osmose environnement social d'apprentissage

  • La participation des étudiants soulève aussi d’autres questions. Ainsi, voudront-ils s’inscrire dans une version du cours qui demande du travail d’équipe? Car nombre de nos étudiants choisissent la formation à distance pour la flexibilité qu’elle leur procure, alors que le travail d’équipe peut générer des contraintes, ne serait-ce qu’en raison des nécessaires interactions entre pairs. Par ailleurs, de quel soutien technologique auront-ils besoin? Mais dans la mesure où les études récentes montrent que les internautes âgés de 12 à 32 ans sont très présents sur les sites de réseaux sociaux tels que Facebook et MySpace et qu’ils naviguent dans ces environnements comme des poissons dans l’eau, nous demeurons optimistes à cet égard.
  • À chaque question, une réponse et c’est en équipe que nous la trouvons. La concertation entre les membres de l’équipe est donc quotidienne. Par exemple, pour contrer le problème de recrutement des étudiants, nous avons mis en œuvre un plan de communication à plusieurs volets. La vidéo ci-dessus donne un aperçu des fonctionnalités d'Osmose qui devraient intéresser les étudiants.

Martine Chomienne, Françoise Marceau et Mourad Chirchi du Cégep@distance

Bruno Poellhuber et Mathieu Reynouard, nos précieux collaborateurs de l'Université de Montréal

Puis, pour contrer celui de l’inexpérience des tuteurs dans la conception d’activités collaboratives, nous avons assuré avec eux un suivi hebdomadaire (réunions en visioconférence) en plus de fournir une bonne dose de travail individuel.

Confiants d’obtenir des résultats positifs avec ce projet, nous croyons que nous réussirons à ajouter une dimension « échanges sociaux entre pairs » à la formation à distance.

Vous avez des questions, des commentaires, des suggestions, une expérience dans l’utilisation des logiciels sociaux avec vos étudiants? Faites–nous en part dans cette chronique : nous aussi avons besoin de votre collaboration pour apprendre!

1 commentaire(s)

  1. Pour afficher votre avatar dans vos commentaires utilisez le services Gravatar.
    Pour des explications techniques, consultez notre article « Afficher un avatar avec le service Gravatar ».

    Avatar default

    Sirléia Rosa a écrit le 20 octobre 2009 à 21h09

    Félicitations à l'équipe du Cégep@distance et au Professeur Poellhuber. L'utilisation des logiciels sociaux en FAD pour augmenter l'interaction et la collaboration entre pairs est vraiment emballante. Aujourd'hui, je pense que le défi est d'intégrer le potentiel d'utilisation des logiciels sociaux en FAD au potentiel de gestion de la formation et aux contenus d'un LMS, comme par exemple Moodle (code ouvert). Le défi est peut-être d'accroître le potentiel de collaboration entre pairs, mais il est aussi et surtout de permettre à l'enseignant de gérer cet apprentissage grâce à un LMS intégré à un logiciel de réseaux sociaux. Au plaisir!![Moodle Partner Brésil http://www.gfarias.com/web/

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*