Profweb

Accueil » Publications » Articles » Les appareils mobiles en classe

Publications

Articles

Publié le 2 juin 2013 | Multidisciplinaire

Les appareils mobiles en classe

L’apprentissage mobile fait de plus en plus parler. Dans le réseau collégial et ailleurs dans le monde de l’éducation, on remarque déjà des actions visant à intégrer la tablette tactile dans les classes.

Qu’est-ce que l’apprentissage mobile?

On a connu le e-learning, pour electronic learning (apprentissage en ligne, téléformation). Maintenant, on parle de m-learning, pour mobile learning (apprentissage mobile). L’apprentissage mobile se caractérise par l’utilisation d’appareils mobiles, qui permettent d’apprendre au moment et à l’endroit choisis. D’ailleurs, le Horizon Report 2012 d’Educause identifiait les appareils mobiles comme une technologie émergente qui aurait un impact significatif en éducation supérieure au cours de l’année suivante. On est là!

Un appareil mobile peut être défini ici comme un outil électronique sans fil qui se transporte facilement, navigue sur le Web, utilise le courriel et ses fonctionnalités (agenda), saisit des données (texte, photos, vidéos, etc.) et les sauvegarde. Les appareils actuels les plus courants sont la tablette tactile et le téléphone dit intelligent. Certains baladeurs numériques fonctionnent aussi comme une tablette tactile miniature.

La tablette tactile

Moins grande qu’une feuille 8 ½ par 11 po, plus légère qu’un portable, conviviale, d’une puissance comparable à celle des ordinateurs du début des années 2000, dotée d’une pile longue durée et disposant d’une multitude d’applications (apps) souvent gratuites, la tablette tactile a de quoi séduire! Bien qu’elle ne se soit répandue qu’en 2010 avec l’arrivée du iPad, elle a déjà fait son chemin dans le réseau collégial.

Notons entre autres le Dec-iPad en Gestion de projet en communications graphiques offert au Cégep Beauce-Appalaches.

Dans un article du bulletin Clic de janvier 2012, Laurence Lachapelle-Bégin, alors conseillère pédagogique à la Vitrine Technologie-éducation (VTÉ), liste quelques usages pédagogiques de la tablette tactile en classe :

  • Lecture de livres et de manuels électroniques.
  • Annotation de documents et prise de notes.
  • Recherche de documents sur le web.
  • Écoute ou visionnement de matériel médiatisé.
  • Partage de documents, communication et travail collaboratif.
  • Manipulation de contenu à travers des applications.
Livres

Exemples de dictionnaire et d’annotation dans un livre numérique sur une tablette. Crédit : Pierrette Bergeron, 2012.

Des récits de Profweb décrivent des utilisations de la tablette :

Les collèges Édouard-Montpetit, Boréal et de Trois-Rivières, avec le soutien du Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC), ont amorcé un projet de collaboration ouvert à l’ensemble du milieu. Ils animent le site « Tablettes tactiles – Intégration au collégial » et ont organisé un colloque sur le sujet en octobre 2012. Les expérimentations de plusieurs collèges y ont été présentées et les enregistrements sont disponibles sur le site.

Signe des temps, le Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Formation et la Profession Enseignante (CRIFPE) a organisé un premier Sommet de l'iPad en éducation en mai 2013, et en tiendra un second en mai 2014. Le CRIFPE anime le site « iPad à l’école, quels usages, quels impacts? ».

L’APOP s’engage dans un processus accéléré d’accompagnement et de soutien des utilisateurs. Elle offre des activités de perfectionnement dans les conditions de proximité les plus optimales possible.

Des répondants du Réseau REPTIC ont décidé de faire de la tablette tactile un objet de travail concerté en 2012-2013. Ils visent à soutenir les enseignants dans leur utilisation pédagogique de la tablette tactile.

Le téléphone «intelligent»

Selon le NETendances 2012 sur la mobilité, du CEFRIO, près de 65% des jeunes de 18 à 24 ans possédaient un téléphone intelligent, une proportion qui croît sans cesse. Bientôt, ils en auront tous un!

Toutefois, l’intégration pédagogique de cet appareil est timide. Il est plus souvent vu comme un élément de distraction par les enseignants : durant les cours, les étudiants «textent», écoutent de la musique, consultent leur page Facebook (où l’enseignant n’est pas toujours invité)… Pourtant, dès 2007, Pierre-Julien Guay et Brigitte Vandal de la Vitrine Technologie-Éducation abordaient le potentiel des petits appareils mobiles dans le numéro 63 du bulletin Clic.

Des expériences laissent entrevoir des pistes d’intégration pédagogique du téléphone multifonctions :

Souvent, les enseignants qui utilisent des appareils mobiles en classe ont adopté des pédagogies plus ouvertes, comme la classe inversée, l’apprentissage par problème... Leur approche vise à rendre les étudiants plus actifs dans leur apprentissage. Ainsi, l’utilisation des appareils mobiles en classe demeure un moyen, et non une fin.

Et vous, que pensez-vous de l’utilisation d’appareils mobiles en classe? Avez-vous des expériences à partager?

1 commentaire(s)

  1. Pour afficher votre avatar dans vos commentaires utilisez le services Gravatar.
    Pour des explications techniques, consultez notre article « Afficher un avatar avec le service Gravatar ».

    7930dca823ec84bdfb8ef0250eac61c3

    Catherine Rhéaume a écrit le 3 juin 2013 à 7h56

    Si le thème de l'apprentissage mobile à l'aide de tablettes vous intéresse, allez lire le récit http://www.profweb.qc.ca/en/publications/stories/exploring-alternatives-to-interactive-whiteboards/index.html «Exploring Alternatives to Interactive Whiteboards», publié dans les pages anglophones de Profweb le même jour que cette chronique. L'enseignante Milena Collot y explique comment elle a utilisé un iPad et un projecteur comme alternative à un tableau blanc interactif.

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*