Profweb

Accueil » Publications » Articles » Dans le volet anglophone de Profweb : ressources web, pédagogie active, pratiques inclusives et compétences numériques des étudiants

Publications

Articles

Publié le 29 mai 2017 | Multidisciplinaire

Dans le volet anglophone de Profweb : ressources web, pédagogie active, pratiques inclusives et compétences numériques des étudiants

Les publications de nos collaborateurs du secteur anglophone étonnent par le caractère original de leurs initiatives pédagogiques. Pendant toute la session, notre petite équipe a travaillé de concert afin d’assurer un rayonnement des réalisations enseignantes dans les 2 volets linguistiques de Profweb, comme en témoignent nos nombreuses traductions. Certaines publications de la session d’hiver 2017 sont seulement disponibles en anglais, mais elles méritent assurément votre attention. Voici notre sélection d’articles et de récits provenant du volet anglophone de Profweb.

Outils numériques pour évaluer et rétroagir

Les outils d’évaluation numériques sont de plus en plus populaires: ils ont même fait l’objet d’un dossier sur Profweb. Plusieurs articles leur ont été consacrés dans le volet anglophone cet hiver.

Questionnaire et sondage

Terri Connolly, enseignante de littérature anglaise au Cégep Champlain Saint-Lawrence, souhaitait améliorer et renforcer ses stratégies d’enseignement. Dans son récit Bringing Some Fun and Friendly Competition to the College Classroom with Kahoot!, elle présente une application gratuite, ludique et conviviale pour sonder sa classe. Kahoot s’adapte à tous les niveaux et à tous types de cours. Il permet de générer des questionnaires, des compétitions amicales ou des mini débats en ligne auxquels vos étudiants devront répondre, seuls ou en équipes. L’application offre une rétroaction immédiate. Terri l’utilise pour « réchauffer » sa classe au début du cours, présenter de nouveaux concepts ou réviser la matière à la fin d’un cours.

L’application Kahoot permet de visualiser la répartition des réponses après chacune des questions.

Pour élaborer des questionnaires plus complets, Angie Stevens, éditrice pour Profweb et enseignante au Cégep Champlain Saint-Lawrence, utilise le logiciel Classmarker. L’article Classmarker: Online Testing Software offre un aperçu de ses principales fonctionnalités. Le type de question et le format du questionnaire sont modulables. Les étudiants peuvent accéder à un questionnaire en ligne en cliquant sur un lien, sans devoir obligatoirement créer un compte. La rétroaction peut être immédiate ou différée. Il s’agit d’un outil flexible pouvant s’adapter à une panoplie de disciplines!

Correction sur iPad

Plusieurs enseignants préfèrent l’annotation manuscrite à la correction électronique. Et s’il était possible de combiner les 2? L’article Transition to Electronic Marking with iAnnotate relate l’expérience d’Anna Dera, enseignante de biologie au Cégep Champlain Saint-Lawrence, qui a utilisé l’application iAnnotate pour corriger « à la main » des travaux convertis en format PDF. L’application offre une grande variété d’options pour l’annotation numérique (avec ou sans stylet) et le partage des documents. Anna présente une procédure en 5 étapes pour corriger un travail à partir d’un iPad.

Nouveautés autour des sciences humaines et sociales

Parmi les ressources numériques testées par nos collaborateurs du volet anglophone, 2 se sont démarquées pour les sciences humaines.

Vicky Beaupré-Odorico, enseignante au Cégep John Abbott, enseigne le cours Méthodes quantitatives. Après s’être tournée vers Excel comme logiciel d’analyse statistique dans son cours, Vicki a constaté que les étudiants avaient du mal à se l’approprier. Une grande partie du temps de classe était consacrée à expliquer le fonctionnement du logiciel. Pour remédier à ce problème, Vicki s’est tournée vers Atomic Learning. Cette plateforme propose des tutoriels vidéo, que les étudiants ont pu consulter à leur rythme. Vicki raconte son expérience dans le récit Migrating to Excel in Quantitative Methods Courses with On-line Training Videos. Fort appréciée des étudiants, cette initiative laisse présager qu’Atomic Learning sera également utilisée pour Word ou PowerPoint, des logiciels que les étudiants ne maîtrisent pas toujours.

Pour optimiser le temps de classe, vous pouvez également vous tourner vers des outils développés dans le réseau collégial, comme ceux offerts par le CCDMD. Notre éditeur Ryan Moon s’est intéressé à une nouvelle ressource visant à rendre l’expérience des étudiants en sciences humaines plus immersive. Dans Deeper Learning in Social Science Research Methods: A New Role-Playing Activity Website is Launched, Ryan présente un compte rendu du lancement du site web The Research Competition. Le projet a été développé par Lynda Gelston, enseignante en science politique au Cégep John Abbott, et Michel Hardy-Vallée, chargé de projets au CCDMD. Le site propose 3 scénarios de jeu de rôle axés sur le processus de prospection et d’attribution des subventions dans le domaine de la recherche scientifique. Le site s’adapte aux appareils mobiles et son contenu est sous licence Creative Commons. De plus, les scénarios soutiennent le développement de 4 habiletés du Profil TIC.

La page d’accueil du site The Research Competition.

L’apprentissage actif en pleine expansion

L’apprentissage actif est une approche pédagogique de plus en plus employée, car elle permet de développer l’autonomie et la collaboration chez les étudiants. Pas étonnant que de nombreux articles et récits portant sur ce sujet aient été publiés depuis janvier 2017! En voici 2 exemples.

Nadine Korte, enseignante au Cégep Champlain Saint-Lambert, explique dans son récit Engaging Students in an Active Learning Classroom with the iPad and Apple TV comment elle a intégré les technologies dans une approche d’apprentissage actif, sans que ces dernières ne deviennent une source de distraction pour les étudiants. Selon Nadine, ne pas se laisser distraire est un apprentissage qui s’acquiert, au même titre que les stratégies d’études, la méthodologie de recherche ou la gestion du temps. Utilisées de manière appropriée, les technologies sont un outil puissant pour le travail collaboratif et l’engagement. Leur intégration en classe devient une occasion de former les étudiants à les utiliser de manière efficace et responsable.

La nouvelle classe d’apprentissage actif du Collège LaSalle.

Développer une pédagogie active, c’est bien. Avoir un espace qui soit spécialement conçu pour le faire, c’est encore mieux! En 2016, le Collège LaSalle a reçu une bourse de Steelcase Education, ce qui lui a permis de réaménager l’une de ses salles en classe d’apprentissage actif. Dans son article Commitment to Active Learning Results in a Significant Grant for LaSalle College, Ryan Moon a recueilli les propos de quelques enseignants sur les approches pédagogiques compatibles avec ce nouvel aménagement. Les étudiants réagissent positivement à ce changement d’environnement, plus propice à la collaboration. Le collège espère maintenant aménager des salles d’apprentissage actif supplémentaires au cours des prochaines années.

Si l’apprentissage actif vise à placer l’étudiant au centre de ses apprentissages, il favorise aussi, parallèlement, le développement de pratiques inclusives. Cet hiver, plusieurs publications du volet anglophone ont porté sur ce sujet.

Astuces et outils pour une pédagogie inclusive

Angie Stevens avait l’impression que les technologies pouvaient être une source de distraction pour les étudiants avec un TDA/H, mais une formation offerte par les Centres collégiaux de soutien à l’intégration (CCSI) l’a convaincue du contraire. Dans son article ICTs That Have a Positive Impact on Students with ADHD, elle présente de nombreux exemples de logiciels spécialisés, de plateformes et d’outils dont l’utilisation permet de soutenir l’attention et l’organisation des étudiants et de favoriser le travail collaboratif. Plusieurs de ces ressources (LEA, Office 365, Moodle, outils Google) font déjà partie de l’environnement numérique des enseignants. De plus, les méthodes pédagogiques proposées peuvent être bénéfiques pour tous les étudiants, qu’ils aient ou non des difficultés d’apprentissage.

De même, l’utilisation d’un lecteur d’écran ne se limite pas aux étudiants dyslexiques ou à ceux ayant un handicap visuel. Cet outil peut répondre à une panoplie de besoins chez les apprenants. Dans son article Stepping Towards Inclusive Pedagogy with Screen Reader-Friendly Course Material, Angie montre qu’il est facile de rendre la documentation de cours accessible grâce à la numérisation. Elle explique les quelques étapes requises pour s’assurer que les textes et les images soient lisibles par synthèse vocale. Des liens vers des tutoriels pour rendre d’autres types de fichiers accessibles, comme les diaporamas PowerPoint et les formulaires Excel, sont également fournis.

Une réalité de plus en plus reconnue dans le milieu éducatif est le fait que les exposés oraux traditionnels peuvent générer une grande anxiété auprès de nombreux étudiants. Les habiletés de communication sont pourtant essentielles pour les aider à s’épanouir dans différentes sphères de leur vie. Heidi Quinsey, enseignante de sciences humaines au Cégep Champlain Saint-Lambert, souhaitait outiller davantage ses étudiants. Plutôt que de présenter un exposé oral traditionnel, elle leur a demandé d’enregistrer 3 présentations vidéo et d’en choisir 1 pour l’évaluation finale. Heidi explique son approche dans le récit A New Spin on Oral Presentations with Tablets and YouTube. En leur permettant de se pratiquer plusieurs fois, de s’autoévaluer et d’obtenir la rétroaction de leurs pairs, les étudiants ont pu perfectionner leurs présentations et apprivoiser l’exercice de communication.

Les pratiques inclusives soutiennent la réussite des étudiants en proposant différentes avenues pour répondre à leurs besoins individuels. Une autre stratégie ayant un impact positif sur les apprentissages consiste à stimuler la motivation intrinsèque des étudiants.

Miser sur les intérêts et les compétences numériques des étudiants

Pour engager les étudiants dans leurs apprentissages tout en leur permettant de développer leurs compétences numériques, plusieurs enseignants n’ont pas hésité à faire appel aux intérêts de la « génération C », réputée utiliser les technologies pour communiquer, créer et collaborer.

Le numérique comme moyen d’expression

Julia de Montigny et Jeffrey Barnes, enseignants au Collège Dawson, organisent depuis quelques années de courts séjours dans la communauté crie de Waskaganish. En 2016, des étudiants en études environnementales, en photographie et en sciences sociales ont été sélectionnés pour vivre cette expérience mémorable dans le cadre d’une formation non créditée. Dans le récit Experiential Learning and Digital Storytelling: A Powerful Duo, les enseignants expliquent leur approche alliant apprentissage expérientiel et narration numérique. Les étudiants utilisent les technologies pour documenter leur séjour et leurs rencontres par un médium différent de l’écrit. Le numérique permet de rejoindre un public plus large, car il y a également une volonté de sensibiliser aux réalités des Premières Nations.

Une vidéo documentant le séjour des étudiants à Waskaganish en 2014.

Gabriel Flacks, enseignant au Cégep Champlain Saint-Lambert, fait lui aussi appel à l’intérêt des étudiants pour la communication et la collaboration en ligne. Dans le récit Empowering Students with Liberal Education and Technology, il explique comment NewsActivist, une plateforme de blogue, permet aux étudiants de s’exprimer de manière engagée sur différents enjeux contemporains. Qu’il s’agisse d’apprendre à structurer un texte argumentatif, d’améliorer son style d’écriture ou de perfectionner sa grammaire dans une langue seconde, NewsActivistfait de l’écriture un exercice signifiant pour l’étudiant. En effet, la plateforme est utilisée par des étudiants du monde entier qui sont invités à interagir et à s’entraider.

La collaboration virtuelle

Dans son récit Reading Reflections and Supportive Student Communities with Visual Classrooms, Phoebe Jackson, enseignante de physique au Cégep John Abbott, raconte son utilisation de Visual Classrooms, une plateforme semblable à forum de discussions. Après chaque lecture préparatoire, les étudiants devaient répondre aux questions de Phoebe pour valider leur compréhension, expliquer certains concepts dans leurs mots ou identifier des notions jugées plus difficiles. Ils devaient ensuite commenter les réponses de 2 collègues. Ces échanges ont permis de clarifier des éléments moins bien compris et de faciliter le transfert des lectures théoriques aux exercices pratiques. À travers ce processus, les étudiants ont développé des compétences numériques « citoyennes » (entraide, caractère constructif des échanges) dont Phoebe remarque le prolongement jusque dans la salle de classe!

Pour sa part, Lisa Deguire, enseignante d’anglais langue seconde au Cégep de Jonquière, raconte son expérience avec une communauté d’échanges virtuelle sur Skype dans le récit Virtual Language Exchanges: Making Connections with Mixxer. The Mixxerest une base de données où les utilisateurs désireux d’apprendre ou de perfectionner une langue seconde s’inscrivent et, en retour, offrent de l’aide dans leur langue maternelle. Les enseignants peuvent y ouvrir un compte pour leur classe. La première activité de vidéoconférence de Lisa a réuni des participants de 8 pays! Lisa a également rencontré 5 enseignants du Canada et des États-Unis désireux de poursuivre la collaboration entre leurs classes dans le futur. Nous suivrons les prochains développements avec intérêt!

La page d’accueil de la communauté d’échanges virtuelle The Mixxer.

Les jeux vidéo pour un apprentissage en profondeur

Johnathan Mina et Pascale Warmoes, enseignant de philosophie et enseignante en éducation spécialisée au Collège LaSalle, ont pris connaissance d’une étudeaffirmant que 54% des Canadiens étaient adeptes de jeux vidéo. Puisque leurs étudiants font partie de ces statistiques, ils ont décidé d’intégrer le jeu vidéo dans leurs cours pour faciliter la compréhension de concepts abstraits (Johnathan) et pour les sensibiliser à la culture de la clientèle des Premières Nations (Pascale). Ils partagent leur expérience dans le récit Using Videogames to Engage Students in Deeper Learning Experiences. Pour guider leurs étudiants, Johnathan et Pascale ont préparé une série de questions afin qu’ils analysent le jeu et fassent des liens avec la matière présentée en classe, comme ils le feraient pour une analyse littéraire. Cette expérience a constitué un puissant moteur d’engagement pour les étudiants. Johnathan et Pascale présenteront une communication à ce sujet au colloque de l’AQPC 2017 (atelier #718).

Capture d’écran du jeu vidéo Never Alone.

Devant la qualité et la diversité des publications parues cet hiver, nous sommes déjà impatients de lire ce que prépareront nos collègues et collaborateurs du volet anglophone l'automne prochain.

Happy reading!

1 commentaire(s)

  1. Pour afficher votre avatar dans vos commentaires utilisez le services Gravatar.
    Pour des explications techniques, consultez notre article « Afficher un avatar avec le service Gravatar ».

    C85afaaad9a45c376661a94cc28716eb

    Nicole Perreault a écrit le 31 mai 2017 à 19h04

    Merci Andréanne et Alexandre pour cette recension d'articles et de récits Profweb. Le dossier sur les outils d'évaluation numérique existe déjà en français et il est très intéressant. Je recommande, entre autres l'article sur The Research competition : il est une ressource incontournable à explorer et à exploiter pour les enseignants de Sciences humaines qui donnent le cours d'Initiation pratique en méthodologie des Sciences humainee (IPMSH) : il concerne directement la compétence 022Q : Appliquer la démarche scientifique à une recherche empirique en sciences humaines. Quant aux autres articles, je me promets de belles lectures au cours des prochains jours. Merci encore !

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*