Profweb

Accueil » Publications » Articles » Créer un sentiment de présence dans les cours en ligne en mode synchrone

Publications

Articles

Publié le 3 avril 2019 | Multidisciplinaire

Créer un sentiment de présence dans les cours en ligne en mode synchrone

Dans un cours en ligne, plusieurs étudiants peuvent éprouver un sentiment d'anonymat. Comment les inciter à participer, à interagir?

En février et en mars 2019, j'ai assisté à 2 activités en ligne sur le même thème :

  • Stratégies pour accroître l'interactivité des cours en ligne (design et mise en oeuvre), une table d'échanges organisée par le Réseau francophone d'enseignement à distance (REFAD) le 7 mars 2019
  • Stratégies pédagogiques favorisant l'interactivité en formation à distance en mode synchrone, un témoignage de Corinne Marois, enseignante à la formation continue au Cégep de La Pocatière, et de Mireille Laflamme, conseillère pédagogique à la formation continue dans le même collège, présenté le 21 février 2019 dans le cadre de la Semaine de la formation à distance 2019 organisée par le FADIO (Formation à distance interordre - Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine)

L'intégrale du témoignage de Mireille Laflamme et Corinne Marois

J'aborde ici ce que j'ai retenu de ces activités en ce qui concerne l'instauration d'un climat de classe positif qui encourage la participation des étudiants.

Je vous propose aussi dans d'autres pages de Profweb :

  • un texte sur les outils technologiques pour soutenir l'interactivité dans les cours en mode synchrone
  • un texte sur l'interactivité dans les cours en ligne en mode asynchrone, sujet dont il a été question lors de la table d'échanges organisée par le REFAD.

Voir les étudiants et faire en sorte qu'ils se voient entre eux

Demander à tous les étudiants d'ouvrir leurs caméras tout le temps? Les intervenants des 2 activités étaient quasi unanimes pour dire que cela était préférable :

  • Ça permet de mesurer la présence des étudiants : voir qui est devant son écran, qui s'est levé.
  • Ça permet de voir les réactions des étudiants aux contenus que l'on présente : leur langage non verbal. Qui semble comprendre, être intéressé? Qui semble confus, distrait?
  • Ça réduit l'isolement des étudiants, ça augmente le sentiment de proximité ou d'appartenance au groupe. Il pourra ensuite être moins intimidant pour les étudiants de prendre la parole.

Mais voir tous les étudiants n'est pas toujours possible :

  • Dans les grands groupes, les problèmes de bande passante peuvent être plus importants.
  • Même en petits groupes, certains étudiants peuvent avoir une connexion moins robuste qui les force à éteindre leur caméra.

Je note toutefois que Marie-Josée Tondreau, conseillère pédagogique au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue qui a expérimenté à la fois les plateformes Zoom et Via, a mentionné pendant la Semaine de la formation à distance du FADIO que Zoom était beaucoup moins exigeant en termes de bande passante. Pour comparer d'autres aspects des différentes plateformes de visioconférence sur le marché, je vous recommande un document préparé par le FADIO.

Plusieurs participants des 2 activités ont mentionné aussi l'intérêt de consacrer le début des cours (ou, à tout le moins, le début du premier cours) à un « tour de table » où on invite tous les étudiants à se présenter à tour de rôle. Cela permet à la fois de faire connaissance et de s'assurer que tout le monde maîtrise les outils technologiques nécessaires à la communication en ligne (et que le micro et la caméra de tous sont fonctionnels).

Combattre la gêne

La stratégie de faire une tournée des étudiants en début de cours a l'avantage de briser la glace. Quelles autres stratégies peut-on utiliser pour « dégêner » les étudiants?

Dans les 2 activités, il a été question de faire travailler les étudiants en sous-groupes, entre autres pour qu'ils apprennent à connaître des collègues de classe. (Via, Adobe Connect et Zoom permettent toutes de diviser les participants en sous-groupes.)

Corinne Marois rencontre individuellement chacun de ses étudiants assez tôt au cours de la session. Cette rencontre vise à superviser la progression des étudiants dans leur projet de session, mais elle permet aussi à Corinne de créer un lien plus fort avec ses étudiants, ce qui fait une différence marquée dans le cours, selon elle. De plus, pendant cette rencontre individuelle, Corinne octroie aux étudiants le rôle d' « animateur » sur la plateforme de visioconférence (Via). Cela leur permet d'utiliser des fonctionnalités auxquelles ils n'ont pas accès pendant les cours, mais dont ils auront besoin pendant l'exposé oral qu'ils devront faire au cours de la session. La rencontre individuelle est donc l'occasion pour les étudiants de s'approprier ces outils technologiques : une préoccupation de moins pour eux quand ils feront leur exposé!

Quand les étudiants ont des questions

Même quand toutes les caméras ne peuvent pas être ouvertes tout le temps, l'idéal, pour plusieurs, demeure de demander aux étudiants d'utiliser leur caméra et leur micro quand ils ont une question à poser ou une intervention à faire devant le groupe.

Reste que, lors de la table d'échanges Stratégies pour accroître l'interactivité des cours en ligne (design et mise en oeuvre), les participants étaient divisés entre le fait de respecter les étudiants plus timides qui pourraient vouloir rester anonymes, hors caméra, et utiliser le clavardage pour leurs questions et le fait de profiter du climat de classe positif (confiance, lien affectif) créé par l'ouverture des caméras. Cela m'a rappelé qu'il avait été question, sous un autre angle, de l'alternative clavardage/interventions de vive voix dans un précédent texte faisant suite à une activité organisée par le REFAD.

Pour en savoir plus...

Si le sujet vous intéresse, je vous recommande un texte que j'ai écrit après avoir assisté à une activité organisée dans le cadre de la Semaine de la formation à distance 2018 du FADIO, une table d'échanges sur les pratiques dynamiques en formation à distance (tant en mode synchrone qu'en mode asynchrone).

À propos de l'auteure

Catherine Rhéaume Elle est éditrice et rédactrice pour Profweb depuis 2013. Elle est également enseignante de physique au Cégep Limoilou et chargée de cours pour les cours compensateurs à l'Université Laval. Son travail pour Profweb l'amène tout naturellement à s'intéresser à la technopédagogie et à tenter d'innover dans son enseignement.

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*