Profweb

Accueil » Publications » Articles » Comment concevoir la créativité au sein d'une stratégie pédagogique?

Publications

Articles

Publié le 30 novembre 2017 | Multidisciplinaire

Comment concevoir la créativité au sein d'une stratégie pédagogique?

La créativité est une compétence considérée essentielle au 21e siècle. Les concepteurs pédagogiques et éducateurs de tous les niveaux d’enseignement s’interrogent de plus en plus sur les manières de l’intégrer dans les activités d’apprentissage.

Le 31 octobre 2017, l’Association canadienne des concepteurs et conceptrices pédagogiques (ACCP) présentait dans un webinaire sa 6e série d’ateliers intitulée « Conception pédagogique et créativité ». Deux conférenciers étaient invités à présenter leur point de vue sur cette thématique :

  • Margarida Romero, directrice du Laboratoire d'Innovation et Numérique pour l'Éducation (LINE) à l’Université de Nice Sophia Antipolis
  • Richard A. Schwier, professeur émérite en Technologie et conception éducationnelle à l’Université de la Saskatchewan

Atelier 1 - La créativité collaborative numérique en éducation

Margarida Romero a présenté le premier atelier intitulé « Concevoir, accompagner et évaluer des activités de résolution cocréative de problèmes avec le numérique ».

Margarida s’intéresse à la conception d’activités d’apprentissage qui permettent de développer la créativité. Faisant écho à la conférence TED de Ken Robinson Do schools kill creativity? (2006), elle s’interroge sur l’importance d’intégrer la créativité dans l’éducation, considérant l’automatisation de plus en plus répandue de certaines tâches professionnelles. La créativité devient un enjeu de société. Dès lors, comment les enseignants peuvent-ils développer la créativité en contexte éducatif (en classe ou à distance)?

Dans le cadre du LINE, cette question est abordée dans une approche complémentaire entre la recherche en éducation et la formation des enseignants. Cette recherche collaborative et interdisciplinaire s’inscrit dans une démarche concrète réalisée avec des acteurs sur le terrain.

Dans le projet CoCreaTIC, l’équipe explore comment développer la cocréativité, définie comme la résolution de problèmes de manière collaborative et menant à une solution jugée « originale, pertinente et utile par un groupe de référence » (Romero et Barberà, 2015).

Quelques mythes entourant la créativité

Plusieurs enseignants associent la créativité au domaine artistique ou à certaines matières en particulier. Ils se demandent s’il est possible d’intégrer la créativité dans un domaine comme celui des sciences. Il s’agit de l’un des mythes les plus tenaces. L’outil #5c21 offre un cadre de référence pour développer des projets « technocréatifs » mobilisant 5 compétences du 21e siècle, peu importe la discipline enseignée :

  • La pensée critique
  • La créativité
  • La collaboration
  • La résolution de problèmes
  • La pensée informatique

Les 5 compétences clés du 21e siècle identifiées dans le projet #CoCreaTIC.

Dans le domaine de la psychologie, la créativité est parfois perçue comme un trait individuel qu’il est possible de mesurer. Pour Margarida Romero et ses collègues, la créativité n’est pas une compétence quantifiable. Ils la considèrent comme un processus contextuel. Ainsi, ils misent davantage sur l'évaluation du processus créatif plutôt que sur l’appréciation de l’artefact qui en résulte.

Puisque la créativité n’est pas un trait individuel, l’équipe identifie 3 situations où elle peut se manifester lors d’une activité d’apprentissage :

  • Sur le plan individuel, par une attitude propice à la créativité (créattitude) de la part de l’apprenant dans la recherche de solutions.
  • Dans une équipe (co-créativité), où la créativité peut être influencée par des facteurs comme la diversité ou le climat d’apprentissage.
  • De la part de l’enseignant qui, face à son contexte ou à certaines contraintes, peut se montrer pro-créatif dans sa manière de concevoir des activités d’apprentissage.

Dans certains cas, le numérique peut soutenir la créativité. Par contre, elle peut aussi l’entraver, lorsqu’on ne l’utilise que d’une seule manière. L’enseignant doit donc viser les niveaux plus élevés du continuum :

Différentes utilisations du numérique en éducation, classées en 5 catégories selon leur niveau de complexité. Image tirée du diaporama de Margarida Romero présenté lors du webinaire de l’ACCP le 31 octobre 2017

Comment instaurer une activité technocréative en classe?

La mise en place d’une activité technocréative peut exiger un certain temps, notamment pour établir un climat de confiance et d’entraide entre les étudiants. Ceux qui performent bien dans un cadre formel peuvent se montrer réticents en contexte de cocréation. Margarida recommande d’aborder cette approche de manière directe, en expliquant les enjeux liés à la créativité numérique. Cette réflexion peut amener les étudiants à réaliser que la créativité fait partie de tous les milieux et les encourager à s’approprier ce concept. De plus, la cocréation est une compétence transférable dans d’autres contextes.

Pour que l’activité technocréative soit réussie, elle doit comporter certains critères :

  • Se dérouler en contexte collaboratif
  • Offrir une marge créative, tant dans le processus que la solution. Il ne s’agit pas de donner une liberté totale aux apprenants ni de considérer que toute solution est valable. L’enseignant doit fournir des balises appropriées selon l’activité.
  • Avoir un usage pratique au-delà de la situation d’apprentissage (faire appel à des professionnels, à la communauté élargie ou aux réseaux sociaux).
  • Poser un défi ou un problème complexe. Les étudiants doivent aller plus loin que ce qu’ils feraient individuellement.

Atelier 2 - Collaboration et conception créative d’objets pédagogiques

Le deuxième atelier, présenté par Richard A. Schwier, s’intitulait « Devenir créatif en conception pédagogique ».

Pour initier la discussion sur l’importance de la créativité en éducation, Richard a présenté 3 affirmations :

  • La créativité n’est pas une « caractéristique » ou un « talent » que certains possèdent et d’autres pas.
  • Nous sommes tous créatifs, mais notre parcours éducatif n’a pas toujours alimenté cette créativité.
  • Certains environnements sont propices à l’exercice de la créativité, alors que d’autres lui nuisent.

Quels sont les environnements qui favorisent la créativité dans des domaines de conception (design) non traditionnels? Les étudiants des programmes de sciences humaines ou d’éducation apprennent dans des contextes différents de ceux que l’on retrouve dans les domaines du design architectural ou technologique. Pour offrir à ses étudiants une expérience similaire, le programme de Technologie et conception éducationnelle s’est tourné vers une approche studio, qui imite l’environnement des milieux du design.

La création collaborative dans une approche studio

L’approche studio se caractérise par :

  • Des espaces d’apprentissage communs accessibles en tout temps
  • Un apprentissage intégré et un partage des connaissances
  • Des critiques formelles et informelles
  • Un travail collaboratif et individuel
  • Un développement itératif
  • Des productions d’apprentissage publiques
  • Un esprit de communauté

L’approche studio offre un environnement où les apprenants peuvent travailler tantôt en équipe, tantôt seuls. Photos tirées du diaporama de Richard Schwier présenté lors du webinaire de l’ACCP le 31 octobre 2017

2 exemples de l’approche studio

Pour illustrer l’approche studio, Richard a présenté 2 exemples dans ses cours de conception pédagogique.

Dans son cours sur la conception pédagogique par vidéo, les étudiants prenaient part à un « camp » dans un environnement hostile à la technologie.

  • Cela a facilité la mise en place d’une communauté d’apprentissage, puisque les étudiants travaillaient ensemble pour résoudre divers problèmes.
  • L’enseignant travaillait avec les étudiants, générant une boucle de rétroaction constante.
  • Les étudiants ne travaillaient pas en prévision d’être évalués. L’apprentissage se passait de manière itérative.
  • L’expérience a permis de laisser une place au hasard, ce que Richard considère crucial dans une démarche créative.

Dans un autre cours, Advanced Instructional Design, les étudiants ont collaboré pour réaliser des contrats pour de vrais clients.

  • Les réunions d’équipe et avec les clients ont permis aux étudiants d’en apprendre beaucoup sur les problèmes réels de la clientèle et les ont encouragés à trouver un ensemble de solutions.
  • Pendant la période de développement, les travaux des étudiants étaient soumis à une critique informelle.
  • Les étudiants étaient confrontés à des défis pour la résolution de problèmes moins prévisibles, voire chaotiques - comme dans la vraie vie.
  • L’expérience studio s’est conclue avec la présentation finale du produit, qui fut l’occasion d’effectuer une évaluation formelle des compétences.

Présentation finale du produit devant les clients. Photo tirée du diaporama de Richard Schwier présenté lors du webinaire de l’ACCP le 31 octobre 2017

Avantages et défis de l’approche studio

L’approche studio offre plusieurs avantages distincts par rapport aux méthodes de conception pédagogiques traditionnelles :

  • Les apprenants sont mis en contact avec des « précédents ». Ils ont l’occasion d’analyser des solutions différentes des leurs et d’échanger autour de situations authentiques.
  • L’échafaudage des connaissances est individuel plutôt que dirigé par l’enseignant. Cela permet à tous les apprenants de progresser selon leurs besoins et selon le contexte.
  • Le temps passé avec les clients et le développement d’une connaissance approfondie de la problématique a permis aux étudiants de réaliser des apprentissages exceptionnels. Les étudiants ont découvert qu’un engagement profond dans un projet complexe peut mener à des solutions novatrices.

Comme pour n’importe quelle méthode pédagogique, l’approche studio comporte des défis :

  • Avoir accès facilement et continuellement à des espaces collaboratifs peut être difficile dans un établissement scolaire. Les plateformes en ligne peuvent résoudre le problème de l’accès, mais sont moins propices aux collaborations authentiques.
  • Cette approche requiert beaucoup d’énergie de la part de tous. Les enseignants doivent soigneusement planifier la gestion des projets, alors que les étudiants doivent s’investir complètement dans la collaboration en équipe.
  • L’absence de procédés standards peut générer de l'insécurité chez certains étudiants et requiert beaucoup de flexibilité et d’adaptabilité de la part de l’enseignant.

Prochains ateliers de l’ACCP

L’ACCP propose d’autres activités en ligne portant sur différents aspects de la conception pédagogique, dont la créativité. Nous vous invitons à consulter le calendrier des ateliers pour connaître la date des prochains webinaires (et vous y inscrire).

0 commentaire(s)

Commenter

* champs obligatoires
Type d'intervention*