Profweb

Home » Publications » Articles » La Formule 3C : Consultation + Co-Construction

Publications

Articles

Published May 19, 2013 | Multidisciplinary

La Formule 3C : Consultation + Co-Construction

Une question nous est régulièrement adressée : comment l’APOP réussit-elle à identifier les thèmes correspondant aux intérêts et aux attentes des utilisateurs? La réponse : la « Formule 3C »! Effectivement, il serait illusoire d’imaginer que nous soyons dotés d’un tel niveau de « prescience » que les préoccupations et les besoins des intervenants pédagogiques au collégial surgiraient de la consultation d’une boule de cristal.

À titre d’illustration, dans la consultation effectuée le 4 février dernier, nous proposions aux participants potentiels de constituer leur « Profil d’utilisateur technologique » par l’intermédiaire d’un outil de sondage. Près de 150 répondants ont pris part à cet exercice qui se voulait à la fois sérieux et ludique, documentant ainsi le contexte de leurs pratiques professionnelles avec les technologies.

Tableau de bord

Le bilan des résultats obtenus lors du Test diagnos...TIC.

Ainsi, divers outils numériques de consultation sont mis à profit par l’APOP pour prendre le pouls des utilisateurs concernant leur usage des technologies en enseignement et en apprentissage. En fait, sans ces « coups de sonde », il serait difficile et hasardeux d’identifier les besoins des utilisateurs, qui évoluent « presque » avec la même rapidité que les applications technologiques.

Dès lors, il s’agit de se rapprocher le plus possible du point de vue de l’utilisateur. Ainsi, les activités de perfectionnement technopédagogique et les activités d’animation (dîners-causeries, webinaires) font l’objet d’un processus de consultation systématique, activité par activité, qui assure une rétroaction constructive servant de pivot pour notre boussole. Cet exercice constitue donc un indicateur déterminant tout en sachant que les résultats demeurent interprétables et relativement subjectifs. Malgré ces limites, ces opérations de sondage non probabilistes sont traitées avec le souci de réaliser un processus de consultation le plus rigoureux possible. Conséquemment, les balises qui guident la gestion de ces consultations s’inspirent des pratiques courantes reliées aux techniques de sondage électronique sur Internet :

  • Mettre en œuvre différents moyens de communication pour rejoindre les participants potentiels. Nous savons que nous avons la possibilité d’augmenter la taille de l’échantillon des sondés en utilisant les technologies puisque plus de 90 % de nos utilisateurs ont recours à Internet et sont déjà familiers avec les divers formats de sondages. À cet égard, nous utilisons l’Infolettre bihebdomadaire de l’APOP, Profweb et divers autres contextes qui nous permettent de solliciter la collaboration des utilisateurs.
  • Favoriser les stratégies de diffusion qui permettent de constituer un échantillon aléatoire représentatif (sexe-statut-âge-langue d’usage) des divers établissements constituant le réseau collégial dans lequel nous intervenons. Sachant que le taux de répondants sera forcément restreint, il importe de prévoir une stratégie de « diffusion/sollicitation » la plus large possible.
  • Garantir l’anonymat des données recueillies. Les répondants participent aux sondages dans la mesure où ils sont assurés que leur identité ne sera pas connue. Cette mesure permet, entre autres, d’éliminer le biais de désirabilité sociale (conformité aux attentes) sans restreindre l’accès aux informations qui documentent l’objet du sondage.
  • Stimuler l’intérêt des participants avec une présentation des questions et des objets de sondage qui soit dynamique, agréable et, dans la mesure du possible, interactive et ludique. On constate à cet égard que le format des sondages administrés a un impact significatif sur le taux de réponse et sur le nombre de questionnaires totalement complétés.
  • Faciliter la tâche des participants en intégrant des éléments iconiques (images, graphiques, représentations visuelles, hyperliens, etc.) ou vidéos qui augmentent le niveau de compréhension des questions ou des objets de consultation, tout en réduisant le temps relié à la complétion du sondage.
  • Partager les résultats avec les répondants et mettre en valeur l’importance de leur contribution. Il s’agit alors de prévoir des mécanismes de rétroaction les plus immédiats possible de manière à « gratifier » les contributeurs qui participent au processus.
  • Produire des formats de sondages rendant possible l’optimisation sur différentes plateformes informatiques (ordinateurs, appareils mobiles, etc.) pour faciliter l’accès aux informations (sondage, résultats du sondage, etc.). Également, nous devons tenir compte des critères d’accessibilité à appliquer pour les participants bénéficiant de services adaptés et de soutien à l’intégration.
  • Établir un calendrier visant l’administration « pondérée » et étalée des sondages. Le maintien, tout comme le renouvellement du bassin de répondants aux sondages, suppose qu’on tienne compte du contexte (conditions de pratique, environnement, etc.) et des limites (horaire, disponibilité, etc.) auxquels les participants sont soumis et qui peuvent représenter des empêchements à répondre.

Indéniablement, au cours des cinq dernières années, nous avons constaté que l’utilisation des outils électroniques de sondage permet d’obtenir des informations plus précises, plus spécifiques et plus complètes. Exit les réticences exprimées antérieurement lors des consultations en présence telles « on reconnaîtra mon écriture / mes tournures de phrases / mes idées », ou encore la nécessité de « mettre son questionnaire sous la pile » pour éviter d’être identifié. Sans compter que les délais prévus pour remplir le questionnaire sont plus confortables et favorisent le développement d’un point de vue réflexif. Et, contrairement à ce que l’on pourrait présumer, les questions ouvertes, en complément aux questions fermées, trouvent largement preneur, même si elles exigent un effort de rédaction non négligeable.

Le tableau ci-dessous présente certains outils de sondage numérique.

Tableau

Outils de sondage

Nous sommes désormais en mesure de confirmer que si l’on investit un minimum de rigueur et de qualité dans la « Formule 3C », on augmente nécessairement le niveau de pertinence des informations stratégiques appelées à guider nos choix puisqu’ils sont fondés. Dit autrement, participer (au sondage) permet de documenter et conséquemment de co-construire des activités, des projets et des services adaptés à la réalité des répondants. Ainsi, à l’interne, nous « aspirons à être connectés », une expression « tendance », mais qui fait vraiment « doublement sens ».

Saviez-vous que nous sommes en mesure de vous appuyer pour réaliser des sondages de divers formats dans votre établissement, votre programme, voire même un ou plusieurs de vos cours? Au fil du temps, notre boîte à outils « consultation » s’étant enrichie de diverses pratiques et stratégies, nous sommes en mesure de vous accompagner pour réaliser des consultations. Notre offre de services en  APOP_tandem  vous permet de planifier un projet de sondage « à votre mesure »! Une expérience à valeur ajoutée qui pourrait contribuer à bonifier vos pratiques.

0 comment(s)

Comment

* required fields
Type of comment*